Library
Ma Bédéthèque
Collection Total:
1 060 Éléments
Last Updated:
Jul 27, 2017
La chambre nuptiale
Frédéric Bézian
le ventre de kashoum
Collectif*****
Le dernier titan
Collectif*****
la colere d'Abyssaal
Collectif*****
Le chasseur de typhons
Collectif*****
Le pays des mille lacs
Collectif*****
L'aube rouge du Médianos
Collectif*****
Le Saphir Abysséen
Collectif*****
Le complot
Collectif*****
La Reine des abysséens
Collectif*****
Alerte rouge
Collectif
L'Oeil fé, première partie
Mathieu GalliéÉcosse, XIXe siècle. Fraîchement nommé médecin, le nain Algernon Woodcock – au demeurant personnage aussi insaisissable qu'énigmatique – et son ami le docteur William McKennan se rendent au port d'Oban, où un grand brûlé attend les soins qu'ils pourront lui prodiguer. Cette première tournée du médecin de campagne et de son nabot d'acolyte tourne vite au surnaturel, car dans cette Écosse-là, que balaient les intempéries de l'hiver, il s'en faut de peu pour que les vieilles légendes de marins sèment effroi et confusion sur un plancher des vaches étouffant, perdu entre brumes et brouillards.

Premier jet d'une série fantastique qui explore la lande et les légendes écossaises, Algernoon Woodcock bénéficie indubitablement de la patte et de palette graphique d'un Guillaume Sorel resplendissant qui, après L'Île des morts se penche ici sur des atmosphères sombres à souhait, que rehaussent paradoxalement la lumière diffuse des lampes-tempête et l'ambre du whisky qui console les cœurs à la dérive. De port de pêche en théorie de rochers montagneux, Sorel enchante le lecteur par un chromatisme ouvert et aérien… prodrome d'une noirceur qu'on devine latente dans l'œuvre. Nous voilà rassurés : le pire est bien à venir ! —Frédéric Grolleau
L'Oeil fé, seconde partie
Sorel, Gallié
Sept coeurs d'Arran : Première partie
Mathieu Gallié, Sorel
Sept coeurs d'Arran : Seconde partie
Mathieu Gallié, Sorel
Alisandre le Bel
Mathieu Gallié, Guillaume Sorel
Le dernier Matagot : Première partie
Mathieu Gallié, Guillaume Sorel
Alias
Brandoli-a+Queirolo-
Alix raconte : Cléopâtre
Jacques Martin, François Maingoval, Eric Lenaerts
Le Spectre de Carthage
Jacques MartinC'est l'une des vertus de la bande dessinée : elle conserve à ses héros l'allure juvénile que le lecteur leur a toujours connue. C'est ainsi qu'Alix n'a pas pris une ride depuis 1948. Toujours svelte et musclé, l'allure d'un adolescent, l'œ fier et le cheveu court, prêt à assumer jusqu'au bout son sens de la justice dans un monde - celui de l'Antiquité - pas toujours tendre. Le premier épisode de ses aventures, Alix l'intrépide, paraît dans les pages de l'hebdomadaire Tintin en 1948. Jeune Gaulois esclave des Romains, Alix entame une vie d'aventures qui lui fera sillonner le monde antique en compagnie de son jeune ami Enak. Son créateur, Jacques Martin, dessinateur au trait élégant qui fit longtemps partie des studios de Hergé, accorde un soin tout particulier à la crédibilité de ses histoires. Très prisées des enseignants, parfois traduites en latin et en grec, les aventures d'Alix mêlent ainsi avec efficacité sens de l'action et références historiques. Un classique de la BD franco-belge. —Gilbert Jacques
Ô Alexandrie
Jacques MartinC'est l'une des vertus de la bande dessinée : elle conserve à ses héros l'allure juvénile que le lecteur leur a toujours connue. C'est ainsi qu'Alix n'a pas pris une ride depuis 1948. Toujours svelte et musclé, l'allure d'un adolescent, l'œ fier et le cheveu court, prêt à assumer jusqu'au bout son sens de la justice dans un monde - celui de l'Antiquité - pas toujours tendre. Le premier épisode de ses aventures, Alix l'intrépide, paraît dans les pages de l'hebdomadaire Tintin en 1948. Jeune Gaulois esclave des Romains, Alix entame une vie d'aventures qui lui fera sillonner le monde antique en compagnie de son jeune ami Enak. Son créateur, Jacques Martin, dessinateur au trait élégant qui fit longtemps partie des studios de Hergé, accorde un soin tout particulier à la crédibilité de ses histoires. Très prisées des enseignants, parfois traduites en latin et en grec, les aventures d'Alix mêlent ainsi avec efficacité sens de l'action et références historiques. Un classique de la BD franco-belge. —Gilbert Jacques
Roma, Roma...
Jacques Martin, Rafaël Moralès, Marc Henniquiau, Dina Kathelyn
Anton six
Arno, Bocquet
L'appel de l'enfer
Desberg Stephen72pages. in4. Broché.
L'appel de Madame la baronne
Jean-Claude Servais, Julos Beaucarne
Nao
Thierry Cailleteau, Olivier Vatine
Planète bleue
Thierry Cailleteau, Olivier VatineD'abord dessinée par Vatine, avant d'être repris avec brio par Ciro Tota, Aquablue est désormais un classique de la bande dessiné de science-fiction.
Si le scénariste, Thierry Cailleteau n'a, lui, pas changé, il est loin d'épuiser ses ressources et parvient à donner un second souffle à la série avec ce huitième tome.
Gageons que les aventures de Nao sont loin d'être terminées. —George Louhans
Le Mégophias
Thierry Cailleteau, Olivier VatineD'abord dessinée par Vatine, avant d'être repris avec brio par Ciro Tota, Aquablue est désormais un classique de la bande dessiné de science-fiction.
Si le scénariste, Thierry Cailleteau n'a, lui, pas changé, il est loin d'épuiser ses ressources et parvient à donner un second souffle à la série avec ce huitième tome.
Gageons que les aventures de Nao sont loin d'être terminées. —George Louhans
Projet Atalanta
Cailleteau+TotaD'abord dessinée par Vatine, avant d'être repris avec brio par Ciro Tota, Aquablue est désormais un classique de la bande dessiné de science-fiction.
Si le scénariste, Thierry Cailleteau n'a, lui, pas changé, il est loin d'épuiser ses ressources et parvient à donner un second souffle à la série avec ce huitième tome.
Gageons que les aventures de Nao sont loin d'être terminées. —George Louhans
Etoile blanche, première partie
Thierry Cailleteau, Olivier Vatine, Ciro TotaD'abord dessinée par Vatine, avant d'être repris avec brio par Ciro Tota, Aquablue est désormais un classique de la bande dessiné de science-fiction.
Si le scénariste, Thierry Cailleteau n'a, lui, pas changé, il est loin d'épuiser ses ressources et parvient à donner un second souffle à la série avec ce huitième tome.
Gageons que les aventures de Nao sont loin d'être terminées. —George Louhans
Etoile blanche, seconde partie
Thierry Cailleteau, Olivier Vatine, Ciro TotaD'abord dessinée par Vatine, avant d'être repris avec brio par Ciro Tota, Aquablue est désormais un classique de la bande dessiné de science-fiction.
Si le scénariste, Thierry Cailleteau n'a, lui, pas changé, il est loin d'épuiser ses ressources et parvient à donner un second souffle à la série avec ce huitième tome.
Gageons que les aventures de Nao sont loin d'être terminées. —George Louhans
Fondation Aquablue
Ciro TotaLe voïvod : un puits de gravité perdu dans l'espace qui menace d'avaler plusieurs planètes dont certaines sont peut-être habitables. Parmi elles : Doyle 1800, qui ressemble singulièrement à ce qu'a pu être la terre il y a quelques millions d'années. Un monde sauvage et vert peuplé de dinosaures, désormais menacés à leur tour d'extinction. En sauver le plus possible : telle est la nouvelle mission de la fondation Aquablue, que Nao a créée avec l'argent du groupe Morgenstern, la puissante multinationale dont il est désormais le chef. Mais outre les associés du groupe qui regardent d'un mauvais œil les activités peu lucratives de la fondation, Nao devra faire face à une organisatrice de safari et à sa redoutable bande de chasseurs qui ont décidé de transformer Doyle 1800 en un gigantesque terrain de jeu.

D'abord dessinée par Vatine, avant d'être repris avec brio par Ciro Tota Photonik, Aquablue est désormais un classique de la bande dessiné de science-fiction. Si le scénariste, Thierry Cailleteau (Stan Pulsar, Cryozone) n'a, lui, pas changé, il est loin d'épuiser ses ressources et parvient à donner un second souffle à la série avec ce huitième tome. Gageons que les aventures de Nao sont loin d'être terminées. —George Louhans
Le Totem des Cynos
Le Baiser d'Arakh
Corail noir
Thierry CailleteauD'abord dessinée par Vatine, avant d'être repris avec brio par Ciro Tota, Aquablue est désormais un classique de la bande dessiné de science-fiction.
Si le scénariste, Thierry Cailleteau n'a, lui, pas changé, il est loin d'épuiser ses ressources et parvient à donner un second souffle à la série avec ce huitième tome.
Gageons que les aventures de Nao sont loin d'être terminées. —George Louhans
Les Archives Goscinny: Monsieur Tric, Oscar Baudruche Mne L'Enqute, Wa-Pi-Ti, Enfant Scalpeur, Les Archives Goscinny, Tome I
Archives Hergé
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Archives Hergé
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Archives Hergé
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Archives Hergé
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Archives Hergé
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Archives Hergé 1 - Tintin
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Dix mille ans sous les glaces
Daniel Pecqueur, Pierre Schelle
Mystère sous la mer
Daniel Pecqueur, Pierre Schelle
Le passager de la préhistoire
Daniel Pecqueur, Boyan Kovacevic, Pierre Schelle
Révélations
Daniel Pecqueur, Boyan Kovacevic
Destination terre
Daniel Pecqueur, Pierre Schelle
Le Messager Du Cosmos
Daniel Pecqueur
Les sept diables supérieurs.
Oupanishads
Guillaume Clavery*****
L'anniversaire d'Astérix & Obélix - Le livre d'or
Albert Uderzo, René Goscinny
Asterix et la rentree gauloise - dix histoires courtes
GOSCINNY RENE
Astérix le gaulois
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uder zo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
La Serpe d'or
René Goscinny, Albert Uderzo
Astérix et les Goths
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Astérix gladiateur
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Le Tour de Gaule d'Astérix
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uder zo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Astérix et Cléopâtre
René Goscinny, Albert Uderzo
Le Combat des chefs
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Astérix chez les Bretons
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Astérix et les Normands
René Goscinny, Albert Uderzo
Astérix légionnaire
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Le Bouclier arverne
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Astérix aux jeux Olympiques
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Astérix et le chaudron
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Astérix en Hispanie
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
La Zizanie
René Goscinny, Albert Uderzo
Astérix chez les Helvètes
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Le Domaine des dieux
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Les Lauriers de César
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Le Devin
René Goscinny, Albert Uderzo
Astérix en Corse
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Le Cadeau de César
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
La Grande Traversée
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Obélix et Compagnie
René Goscinny, Albert Uderzo
Astérix chez les Belges
René Goscinny, Albert UderzoNous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. —Gilbert Jacques
Le grand fossé
Albert Uderzo48 pages. Illustré de nombreux dessins en couleur.
Astérix et la rentrée gauloise
René Goscinny, Albert Uderzo
Astérix chez les Pictes
René Goscinny, Albert Uderzo, Jean-Yves Ferri, Didier ConradAstérix - Albert-René n° 35 (2013) - Didier CONRAD Astérix - 33 - Astérix chez les Pictes - Texte Jean-Yves Ferri - DL octobre 2013
Le Papyrus de César
René Goscinny, Albert Uderzo, Jean-Yves Ferri, Didier ConradAsterix le papyrus de Cesar editado por Hachette
La croisée des chemins
ArnoAugustin à la croisée des chemins - Album - Couverture cartonnée. Editions Casterman (1993).
Infiltration
Erik Arnoux, Alain Queireix*****
Exfiltration
Erik Arnoux, Alain Queireix*****
La Nuit du Chat
Franck, Bom
Les baleines publiques
Frank Bom
Les Sculpteurs de lumière
Frank, Bom
Parfum d'Afrique
Jean-Louis Tripp
Soviet Zig-Zag
Jean-Louis Tripp, Marc Barcelocartonné couleurs
Zoulou blues
Jean-Louis Tripp
Afrikaans bazaar
Jean-Louis Trippune aventure et la dernière parue de Jacques Gallard
Klondike
Dupuy
le caballero rouge
bob de moor
Chick Bill contre "L'invisible"
Tibet
Kid Ordinn Le Rebelle
Tibet
La Route d'acier
Tibet
Les Carottes sont cuites
Tibet
Chlorophylle tomes 1-5
Macherot
Quatre x quatre
Marc Wasterlain
Le Dragon vert
Wasterlain
Le Serpent d'ébène
Stephen Desberg, Daniel Desorgher
L'atelier de la mort
Daniel Desorgher
Le crépuscule blanc
Daniel Desorgher
L'homme brisé
Stephen Desberg
Le royaume du léopard
Daniel Desorgher
La Loi du solitaire
Stephen Desberg, Daniel Desorgher
Le Masque de l'esclave
Stephen Desberg, Daniel Desorgher
Le Visage de Dieu
Stephen Desberg, Daniel Desorgher
Les Fantômes du passé
Stephen Desberg, Daniel Desorgher
La Vengeance du singe
Stephen Desberg, Daniel Desorgher
Les Mercenaires
Stephen Desberg, Daniel Desorgher
Le Testament de Monsieur Pump
Hergé
La Vallée des cobras
Hergé
Le Manitoba ne répond plus
Hergé
L'Eruption du Karamako
Hergé
La grande menace
Jacques Martin
La grande menace
Jacques Martin
L'Ouragan de feu
Jacques Martin
L'Ouragan de feu
Jacques Martin
Le mystère Borg
Jacques Martin
Le Mystère Borg
Jacques Martin
Le repaire du loup
Jacques Martin
Le repaire du loup
Jacques Martin
Les portes de l'enfer
Jacques Martin
Opération Thor
Jacques Martin
L'Oasis
Jacques Martin
L'Arme absolue
Jacques Martin
La crypte
Jacques Martin
La crypte
Jacques Martin
L'apocalypse
Jacques Martin
La cible
Jacques Martin
La Camarilla
Jacques Martin
Le vol du Spirit
Jacques Martin
La Colonne
Jacques Martin, Christophe SimonDéranger le célèbrissime reporter Guy Lefranc à quatre heures du matin ? Voilà des choses qui ne se font pas… sauf quand on s'appelle Barbara Trelaunay, femme richissime habituée à sillonner la planète et à se faire obéir au doigt et à l'œil. Et s'il s'agit de s'envoler dare-dare pour le Cambodge, à la recherche de son deuxième fils, féru de vieilles pierres, qui est en danger dans la jungle… Quand on lui fait ce genre de proposition, Lefranc oublie la fatigue et les convenances pour se laisser aller à la douce griserie de l'aventure. Au passage, il découvre la réalité du pays – non sans une certaine naïveté, d'ailleurs. Un pays où "on ne sait plus très bien ce qui est vrai ou faux". Il a même parfois tendance à noircir les choses et à se plaindre de ses conditions de vie – le comble pour un journaliste de sa trempe ! Lefranc finira par mettre la main sur le fils convoité… mais s'apercevra à ses dépens que les crocodiles infestant la jungle ne sont pas forcément les plus dangereux. Et il croisera bien sûr la route de son vieil ennemi Axel Borg, authentique figure du Mal qui réserve pourtant ici quelques surprises au fidèle lecteur des aventures du reporter…

Treizième volet de la série imaginée par l'infatigable Jacques Martin, le créateur d'Alix, ce nouvel épisode entremêle aventure et sens moral : Lefranc, qui ne fume pas, gronde gentiment des enfants-soldats qui lui demandent des cigarettes. À la place, il leur propose une barre de chocolat… Un récit d'action plein de bons sentiments, à l'image de sa phrase de conclusion : "Ah, la jeunesse ! Formidable!"… —Philippe Actère
El Paradisio
Jacques Martin, Christophe Simon
L'ultimatum
Jacques Martin, Francis Carin, Didier Desmit
Londres en péril
André Taymans, Erwin Drèze, Jacques Martin
Noël noir
Michel Jacquemart, Frédéric Régric, Jacques Martin
L'enfant Staline
Martin, Regric, Robberecht
L'intégrale
Paul Cuvelierédition originale 1985
Le Faucon de Mû - tome 1
Dominique HÉMARC MATHIEU n° 1 (1981) - Dominique HÉ Le Faucon de Mû - tome 1 - Une aventure de Marc Mathieu - Collection Eldorado
Le Faucon de Mû - tome 2
HE (DOMINIQUE)
L'empreinte du minotaure
Hé Dominiquecartonné couleurs
Le Testament du dieu Chac
Hé Dominique
Le Signe de Shiva
Dominique Héune aventure de Marc Mathieu EO de 1985
Menaces sur l'empire
Pierre Veys, Nicolas Barral
Le cirque Toggenburger
François Craenhals
Le Talisman noir
François Craenhals
Le secret de Balibach
François Craenhals
Tintin en Amérique
Hergé
Les Cigares du Pharaon
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Le Lotus bleu
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
L'oreille cassée
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
L'île noire
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Le sceptre d'Ottokar
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Le Crabe aux pinces d'or
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
L'Etoile mystérieuse
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Le Secret de la Licorne
Hergé
Le Trésor de Rackham le Rouge
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Les 7 boules de cristal
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Le temple du Soleil
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Objectif lune
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
On a marché sur la lune
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
L'affaire Tournesol
HergeLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Coke en stock
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Tintin au Tibet
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Les bijoux de la Castafiore
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Vol 714 pour Sydney
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Tintin et les Picaros
HergéLe 10 janvier 1929, un jeune reporter fait son apparition dans Le Petit Vingtième, le supplément pour enfants du quotidien belge Le XXe siècle. Son nom ? Tintin. Accompagné de Milou, un jeune chien blanc, il part pour la "Russie soviétique". Son créateur, un certain Georges Remi, signe Hergé, pseudonyme inspiré par ses initiales. Après ce premier voyage en Russie, qui donne naissance à l'album Tintin chez les Soviets, le jeune reporter s'envole pour l'Afrique (Tintin au Congo), puis pour l'Amérique. Mais c'est Le Lotus bleu, publié dans Le Petit Vingtième dès août 1934, qui marque un tournant important dans l'œuvre d'Hergé. Celui-ci, après avoir rencontré Tchang Tchong-Jen, jeune étudiant chinois qui lui a ouvert les yeux sur l'Asie, va désormais se soucier de rigueur documentaire. Il va aussi s'efforcer de faire passer dans ses histoires un message d'humanisme et de tolérance. Le succès de son reporter à la houppe ne va cesser de grandir. Hergé lui fait parcourir le monde. Il teinte ses aventures d'onirisme (L'Étoile mystérieuse), flirte avec le surnaturel (Les Sept Boules de cristal), l'expédie même sur la lune.

Il donne à Tintin des compagnons d'aventure qui vont prendre une place essentielle : les Dupont/d (Les Cigares du pharaon), le capitaine Haddock (Le Crabe aux pinces d'or), le professeur Tournesol (Le Secret de la Licorne) ou Bianca Castafiore (Le Sceptre d'Ottokar). Hergé n'hésite pas à jouer avec ses personnages : Les Bijoux de la Castafiore montrent un Tintin dépassé par les événements, loin de son image traditionnelle. Jusqu'à l'œuvre ultime, laissée inachevée par la mort d'Hergé en mars 1983 : Tintin et l'alph-art, dont la dernière case montre le héros en bien fâcheuse posture...

Tintin a su séduire les jeunes comme les adultes. Grâce à la lisibilité de la narration et du dessin, la justesse des dialogues, le sens du rebondissement et de l'intrigue... Mais aussi le souffle de l'aventure, de l'amitié et de la générosité. Et, en plus, ce quelque chose d'indéfinissable qu'Hergé lui-même ne savait expliquer... Une bande dessinée universelle. —Gilbert Jacques
Tintin et l'alph-art
Hergé
Tintin et l'alph-art
Hergé
Bahamas
Jean-Philippe Stassen
L'intégrale 1-4
Makyo, Vicomte
Ariane
Makyo et Herenguel
A-ka-tha
Makyo et Herenguel
L'énigmatique Monsieur Barelli
Bob De Moor
Barelli et les agents secrets
Moor Bob de
Barelli et le Bouddha boudant
Bob De Moor
Barelli : Bonne mine à la mer
MOOR (Bob de )
Barelli à Nusa Penida
Bob De Moor
Barelli et le seigneur de Gonobutz
MOOR (Bob de )
Vercingétorix
Jean-Marie Michaud, Claude CarréLe chant du cygne de la civilisation gauloise, tel est le passionnant objet de l'ouvrage d'Anne de Leseleuc. À travers la figure de Vercingétorix et de son destin légendaire, l'historienne nous fait découvrir l'univers des druides et des chefs héréditaires celtes. Cinq siècles avant notre ère, ils ont fait la grandeur de la Gaule : Ambigat, le fondateur ; Brennus, responsable du siège de Rome ; Celtill, le père de Vercingétorix ; Gutuater, l'archidruide.

Cartes à l'appui, après avoir retracé le contexte socioculturel de l'époque, Anne de Leseleuc raconte alors la destinée de celui qui allait entrer dans la légende, "le très grand roi des guerriers" : sa formation, ses premiers exploits, sa volonté d'imposer l'unité face au péril romain, la bataille de Gergovie, la défaite d'Alésia, puis sa fin tragique dans une geôle romaine en 46 avant J.-C.

Au-delà de son aspect biographique, grâce à un style vivant, enlevé et précis, ce livre évoque une civilisation bien méconnue des manuels traditionnels, tout en abordant la question de la postérité du chef gaulois jusqu'à nos jours. Spécialiste d'histoire de l'Antiquité, l'auteur a été conseiller historique sur le tournage du film de Jacques Dorfmann, Vercingétorix. Elle est également l'auteur dans la collection Grands Détectives des aventures de Marcus Aper, dont Les Calendes de septembre. —Sylvain Lefort
Le Coeur de Telenko
Tome/RalphJoe Telenko, chauffeur de taxi new-yorkais, a deux problèmes majeurs : son coeur qui commence à montrer des signes de faiblesse et sa femme Martha, clouée dans un fauteuil roulant, qui le hait. Et Martha n'est pas le genre de femme dont on divorce pour pouvoir refaire sa vie. Aussi Joe est persuadé que tout irait mieux pour lui si Martha venait à disparaître. Une course de nuit parmi tant d'autres, où il va croiser la route d'un truand en cavale, va peut-être apporter la solution : faire faire ce qu'il est incapable de réaliser lui-même : assassiner Martha !

P. Tome, scénariste du Petit Spirou et de Soda, nous livre une histoire noire prévue en trois tomes, magnifiquement relayée par le graphisme de R. Meyer, dont les tons noir et ocre traduisent parfaitement l'ambiance pesante de ce scénario original. —Laurent Vabre
Les jambes de Martha
Philippe Tome, Ralph MeyerJoe Telenko, chauffeur de taxi new-yorkais, a deux problèmes majeurs : son coeur qui commence à montrer des signes de faiblesse et sa femme Martha, clouée dans un fauteuil roulant, qui le hait. Et Martha n'est pas le genre de femme dont on divorce pour pouvoir refaire sa vie. Aussi Joe est persuadé que tout irait mieux pour lui si Martha venait à disparaître. Une course de nuit parmi tant d'autres, où il va croiser la route d'un truand en cavale, va peut-être apporter la solution : faire faire ce qu'il est incapable de réaliser lui-même : assassiner Martha !

P. Tome, scénariste du Petit Spirou et de Soda, nous livre une histoire noire prévue en trois tomes, magnifiquement relayée par le graphisme de R. Meyer, dont les tons noir et ocre traduisent parfaitement l'ambiance pesante de ce scénario original. —Laurent Vabre
La mémoire de Dillon
Joe Telenko, chauffeur de taxi new-yorkais, a deux problèmes majeurs : son coeur qui commence à montrer des signes de faiblesse et sa femme Martha, clouée dans un fauteuil roulant, qui le hait. Et Martha n'est pas le genre de femme dont on divorce pour pouvoir refaire sa vie. Aussi Joe est persuadé que tout irait mieux pour lui si Martha venait à disparaître. Une course de nuit parmi tant d'autres, où il va croiser la route d'un truand en cavale, va peut-être apporter la solution : faire faire ce qu'il est incapable de réaliser lui-même : assassiner Martha !

P. Tome, scénariste du Petit Spirou et de Soda, nous livre une histoire noire prévue en trois tomes, magnifiquement relayée par le graphisme de R. Meyer, dont les tons noir et ocre traduisent parfaitement l'ambiance pesante de ce scénario original. —Laurent Vabre
Fin de siècle
Billy the Kid et la foire aux monstres
Eric Powell
Le Sauveur de la Linéa
Constant, Vandam48 pages couleur
Norma's day
Constant, Vandam
Cow-boy Louie l'Australien
Constant, Vandam
Paris-Trottoir
Constant, Vandam
Le fils de l'autre
Michel Constant, Michel Vandam
Black Op 1
Stephen Desberg, Hugues Labiano
Black Op 2
Stephen Desberg, Hugues Labiano, Jean-Jacques Chagnaud
Black Op 3
Stephen Desberg, Hugues Labiano, Jean-Jacques Chagnaud
Black Op 4
Stephen Desberg, Hugues Labiano, Jean-Jacques Chagnaud
Black Op 5
Stephen Desberg, Hugues Labiano
Black Op 6
Stephen Desberg, Hugues Labiano, Jean-Jacques Chagnaud
Black Op 7
Stephen Desberg
Black Op 8
Stephen Desberg
Quelque part entre les ombres
Juan Díaz Canales"Il y a des matins où l'on a du mal à digérer son petit-déjeuner. Surtout si on se retrouve devant le cadavre d'un ancien amour." Dès la première case, le ton est donné. Nous sommes dans un polar. Avec les ingrédients habituels : un meurtre, une grande ville américaine rongée de l'intérieur, une belle poupée salement amochée. Jusqu'au détective privé - un chat baptisé Blacksad - qui contemple, désabusé, l'agitation de la grande ville en soulevant légèrement le store. Bref, du classique, se dit-on. C'est à moitié vrai. L'intrigue reste en effet dans la grande tradition du film noir. Mais le graphisme, lui, nous cueille comme un méchant uppercut au détour d'une ruelle sombre. Juanjo Guarnido, dessinateur espagnol, signe ici sa première BD. C'est un coup de maître. Il possède un étonnant sens du cadrage et du mouvement. C'est bien simple, on se croirait au cinéma. Pas étonnant : il est animateur aux studios Disney, en banlieue parisienne... Un premier album en forme de révélation. La suite, vite... —Gilbert Jacques
Arctic-Nation
Âme rouge
Juan Díaz Canales
L'Enfer, le silence
Juan Díaz Canales
Le secret de l'Espadon, 1ère partie
Le secret de l'Espadon, 2ème partie
Le Rayon "U"
Le Mystère de la grande pyramide 1
Invité au Caire par l'un de ses vieux amis, conservateur du musée des antiquités égyptiennes, le professeur Mortimer flaire une découverte de la plus haute importance : l'existence d'une chambre secrète nichée au coeur de la pyramide de Kheops... Mais les choses se gâtent. L'infâme Olrik, véritable génie du mal, entre en scène à la tête d'un réseau de trafiquants. Et Blake, le complice de toujours appelé à la rescousse, est assassiné pendant son voyage vers l'Egypte. Mortimer jure alors de le venger et de résoudre l'énigme de la Grande Pyramide...

Fasciné par l'Égypte ancienne, Edgar P.Jacobs ne se contente pas d'y puiser matière à une histoire où l'aventure se teinte de mystère. Il n'hésite pas à marcher sur les traces d'Hérodote pour échafauder une séduisante hypothèse scientifique. Ce grand classique publié en 1950 fait défiler une galerie de personnages inoubliables, tels le cheik Abdul Razek ou le docteur Grossgrabenstein. Et donne naissance à une réplique mythique de la bande dessinée : "par Horus, demeure !". —Gilbert Jacques
Le mystère de la grande pyramide 2
Invité au Caire par l'un de ses vieux amis, conservateur du musée des antiquités égyptiennes, le professeur Mortimer flaire une découverte de la plus haute importance : l'existence d'une chambre secrète nichée au coeur de la pyramide de Kheops... Mais les choses se gâtent. L'infâme Olrik, véritable génie du mal, entre en scène à la tête d'un réseau de trafiquants. Et Blake, le complice de toujours appelé à la rescousse, est assassiné pendant son voyage vers l'Egypte. Mortimer jure alors de le venger et de résoudre l'énigme de la Grande Pyramide...

Fasciné par l'Égypte ancienne, Edgar P.Jacobs ne se contente pas d'y puiser matière à une histoire où l'aventure se teinte de mystère. Il n'hésite pas à marcher sur les traces d'Hérodote pour échafauder une séduisante hypothèse scientifique. Ce grand classique publié en 1950 fait défiler une galerie de personnages inoubliables, tels le cheik Abdul Razek ou le docteur Grossgrabenstein. Et donne naissance à une réplique mythique de la bande dessinée : "par Horus, demeure !". —Gilbert Jacques
La marque jaune
Cette nuit-là, dans la capitale britannique endormie et noyée sous une pluie obstinée, tout semble calme du côté de la légendaire Tour de Londres. Soudain, une panne de courant. Des cris d'alerte qui viennent déchirer la nuit. Horreur et stupéfaction : la couronne impériale vient d'être volée. Seul indice, une mystérieuse lettre "M" de couleur jaune tracée à la hâte sur une porte...

Ainsi commence l'une des plus fameuses histoires de la bande dessinée belge d'après-guerre. Le professeur Philip Mortimer et son vieux compagnon, le capitaine Francis Blake, affrontent le machiavélique Docteur Septimus, cerveau génial mais visionnaire incompris. Et ils retrouvent sur leur chemin leur vieil ennemi Olrik, transformé en cobaye humain.

Parfaite maîtrise de la narration, dessin d'une grande lisibilité, habile mélange de fantastique, de suspense et d'aventure : les personnages créés par Edgar P.Jacobs pour l'hebdomadaire Tintin auront durablement marqué plusieurs générations de lecteurs. Un grand classique toujours aussi envoûtant. —Gilbert Jacques
L'énigme de l'Atlantide
SOS météores
Le piège diabolique
L'affaire du collier
Les 3 formules du professeur Sato 1
Edgar Pierre Jacobs
La machination Voronov
En cette année 1957, les services secrets de Sa Gracieuse Majesté sont sur le point de perdre leur flegme tout britannique. La raison ? Un de leurs agents, installé de l'autre côté du rideau de fer, leur apprend que l'occident est sous la menace d'un grave danger venu d'URSS : une mystérieuse bactérie Z, ramenée de l'espace par une fusée soviétique. Et voilà Blake et son vieux compère Mortimer en route pour Moscou. La bactérie Z et ceux qui la manipulent n'ont qu'à bien se tenir... Les personnages imaginés par Edgar P. Jacobs reprennent du service. En 1996, le dessinateur Ted Benoit et le scénariste Jean Van Hamme les ressuscitaient avec L'Affaire Francis Blake. Cette fois, une deuxième équipe d'auteurs, avec André Juillard au dessin, s'est vu confier la délicate mission de prolonger l'oeuvre de Jacobs. Mission accomplie : savant cocktail d'action, d'aventure et d'espionnage, La Machination Voronov est fidèle à l'original. Et le lecteur averti s'amusera des nombreux clins d'oeil à l'univers de la bd belge. —Gilbert Jacques
La machination Voronov
Yves Sente, André Juillard, Edgar Pierre JacobsEn cette année 1957, les services secrets de Sa Gracieuse Majesté sont sur le point de perdre leur flegme tout britannique. La raison ? Un de leurs agents, installé de l'autre côté du rideau de fer, leur apprend que l'occident est sous la menace d'un grave danger venu d'URSS : une mystérieuse bactérie Z, ramenée de l'espace par une fusée soviétique. Et voilà Blake et son vieux compère Mortimer en route pour Moscou. La bactérie Z et ceux qui la manipulent n'ont qu'à bien se tenir... Les personnages imaginés par Edgar P. Jacobs reprennent du service. En 1996, le dessinateur Ted Benoit et le scénariste Jean Van Hamme les ressuscitaient avec L'Affaire Francis Blake. Cette fois, une deuxième équipe d'auteurs, avec André Juillard au dessin, s'est vu confier la délicate mission de prolonger l'oeuvre de Jacobs. Mission accomplie : savant cocktail d'action, d'aventure et d'espionnage, La Machination Voronov est fidèle à l'original. Et le lecteur averti s'amusera des nombreux clins d'oeil à l'univers de la bd belge. —Gilbert Jacques
Les sarcophages du 6e continent, tome 2
André Juillard, Yves Sente
Le sanctuaire du Gondwana
André Juillard, Yves Sente
La Malédiction des trente deniers tome 1
Jean Van Hamme, René Sterne, Chantal De Spiegeleer
La Malédiction des trente deniers tome 2
Jean Van Hamme*****
L'onde Septimus
Jean Dufaux
Fort Navajo
Charlier et GiraudUne gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
Tonnerre à l'Ouest
Charlier et Giraud
L'Aigle solitaire
Charlier et GiraudUne gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
Le Cavalier perdu
La Piste des Navajos
L'Homme à l'étoile d'argent
EO 1969.Format: a4Poids: 403 g.Bon état: les coins du dos sont un peu éraflés; en partant du bas de la charnière du 1er plat, la couverture a une toute petite déchirure de 5mm et il y une sorte de lézarde-éraflure sur 2,5 cm. Le 1er plat semble gondoler très légèrement et le dos n'est pas tout à fait droit (comme s'il y avait de petites bosses). A l'intérieur, les pages de garde sont parsemées de taches fort pâles d'un jaune brun, puis les bordures des planches, mais elles sont nettement moins nombreuses et apparaissent beaucoup plus rarement. Possibilité d'envoi de photos.***************Envoi protégé sous enveloppe cartonnée. Pour connaître les tarifs d'expédition: un peu plus haut sur cette annonce, cliquez à côté de notre logo "Paradise bd" sur "Frais de port et d'emballage" Créé par eBay Turbo ListerL'outil de mise en vente gratuit. Mettez vos objets en vente rapidement et en toute simplicité, et gérez vos annonces en cours.
Le Cheval de fer
L'Homme au poing d'acier
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
La Piste des Sioux
Général Tête Jaune
La Mine de l'Allemand perdu
Blueberry,le spectre aux balles d'or
54pages. 29x21x1cm. Cartonné.
Chihuahua Pearl
Version Canadienne 1979
Ballade pour un cercueil
Album cartonné paru aux éditions du Lombard en 1974, contenant 80 pages, dont 15 de textes et de photos d'archives en guise de préface.Format: a4Poids: 717 g.Etat: le 1er plat gondole; le dos n'est pas droit et a reçu un coup en son milieu, il y a également un pli vers le bord supérieur du dos; il y a plusieurs éraflures sur la tranche du 1er plat.Possibilité d'envoi de scans***************Envoi protégé sous enveloppe cartonnée. Pour connaître les tarifs d'expédition: un peu plus haut sur cette annonce, cliquez à côté de notre logo "Paradise bd" sur "Frais de port et d'emballage" Créé par eBay Turbo ListerL'outil de mise en vente gratuit. Mettez vos objets en vente rapidement et en toute simplicité, et gérez vos annonces en cours.
Le Hors-la-loi
Angel Face
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
Nez cassé
Lieutenant Blueberry: 18. Nez casséAlbum (couverture cartonnée). 47 planches couleur.Editions Lombard (c) 1er trimestre 1980Jean Giraud / Jean-Michel CharlierFormat: a4Poids: 349 g.Etat: les coins supérieurs de la tranche sont écrasés et se touchent; le coin supérieur est éraflé; léger frottement sur les plats. Contenu en très bon état (un prix au crayon sur la page blanche de garde)Envoi protégé sous enveloppe cartonnée.Les frais de port et d'emballage sont visibles en cliquant sur le lien sur l'en-tête de l'annonce. En cas de doute, veuillez nous consulter.Créé par eBay Turbo ListerL'outil de mise en vente gratuit. Mettez vos objets en vente rapidement et en toute simplicité, et gérez vos annonces en cours.
La Tribu fantôme
Format :  a4Poids: 341 g.Bon état. Le coin inf. de la tranche du 4ème plat est légèrement courbé vers l'intérieur.***************Envoi protégé sous enveloppe cartonnée.Pour connaître les tarifs d'expédition: un peu plus haut sur cette annonce, cliquez à côté de notre logo "Paradise bd" sur "Frais de port et d'emballage"  Créé par eBay Turbo ListerL'outil de mise en vente gratuit. Mettez vos objets en vente rapidement et en toute simplicité, et gérez vos annonces en cours.
La Dernière Carte
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
Le Bout de la piste
• Blueberry présente les preuves de son innocence pour le vol du trésor des conférés au général Dodge. Il retourne ensuite à Francisville pour y confondre Kelly. Mais les comploteurs, cherchant toujours à assassiner le général Grant, vont de nouveau se trouver sur la route de Blueberry... • 22è album des aventures du lieutenant Blueberry de CHARLIER et GIRAUD, édité par Novedi, clôturant le cycle de la réhabilitation mais surtout toute l'histoire du trésor des confédérés et du complot contre le général Grant. • Note édition : - numéroté 26 au dos, - mention DL en 4è de couv. noté : 86.9, sous l'ISBN.
Arizona love
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
Mister Blueberry
BLUEBERRY n° 33 (1995) - GIRAUD Blueberry - 33 - Mister Blueberry - DL novembre 1995
Ombres sur Tombstone
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
Géronimo l'Apache
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
OK Corral
C’est le grand retour de Mike Steve Blueberry ! Enfin, "grand retour", c’est vite dit. Il n’est pas trop fringant, l’ami Blueb’. Toujours alité, toujours blessé, la poitrine entourée de bandages, un toubib aux petits soins pour lui et une chanteuse de saloon nommée Dorée Malone en guise de garde-malade... On est loin du héros inoxydable qu’on a connu voilà quelques albums ! Tout ce qui reste du mythe nous ramène surtout au passé. Un plumitif venu de l’Est se charge de s’installer au pied de son lit et de recueillir les souvenirs du grand aventurier pour écrire ses Mémoires. Mais les événements vont s’emballer et pousser Mike à se lever plus tôt que prévu : Dorée a disparu. Du coup, on retrouve Blueberry au bar du saloon, bien décidé à s’occuper de l’enquête. Dans une ville comme Tombstone, il faut toujours craindre le pire. Et à propos de pire, les heures qui viennent risquent de compter double : dans l’ombre, un drame se prépare. Les frères Earp ne le savent pas encore, mais les gars des clans Clanton et McLaury leur préparent un réveil mouvementé. Là, la fiction rejoint la légende : celle d’un fameux duel à OK Corral, déjà immortalisé par le cinéma...
Avec Jean Giraud, les lecteurs de Blueberry ne sont pas au bout de leurs surprises ! Successeur de son complice Jean-Michel Charlier dans l’écriture du scénario, le dessinateur fait subir une transformation pour le moins intéressante à cette icône du western en bande dessinée. Son Blueberry à lui quitte sa défroque de héros bourlingueur pour se retrouver dans la peau d’un homme en proie au doute, cloué au lit et réduit à raconter sa vie… Inattendu ! Mais le démon de l’action recommence à le démanger dans ce nouvel épisode de la saga, et le lecteur se réjouira de retrouver le grand Blueberry qu’il a connu. Car il a beau s’appeler désormais "Mister" Blueberry, il est loin de ressembler au premier quidam venu. Quant au dessin, il reste un régal. La fluidité du trait de Giraud/Moebius, sa capacité à faire coexister un incroyable sens du détail et un goût de l’épure le rendent toujours aussi unique dans le paysage de la bande dessinée d’aujourd’hui. Et le visage de Blueberry n’est pas le moindre intérêt de cette nouvelle étape de la saga : au gré des pages et des cases, il se montre tour à tour raviné par les stigmates d’une vie chaotique ou étonnamment lisse, comme s’il s’agissait de celui d’un androgyne. Décidément, la reprise de la série par le seul Giraud n’a pas fini de nous étonner… —Gilbert Jacques
Dust
Apaches
Jean-Michel Charlier, Giraud
La Jeunesse de Blueberry
Un Yankee nommé Blueberry
Une gueule. Un personnage. Une légende de l'Ouest américain, pas moins. Il s'appelle Blueberry. Mike Blueberry. Drôle de nom : en anglais, il signifie "myrtille"... Mais attention : avec son nez cabossé, sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un coriace. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. C'est aussi l'une des figures légendaires de la bande dessinée, née dans les pages de l'hebdomadaire Pilote. Les bonnes fées de la BD se sont penchées sur son destin : ses créateurs, le scénariste Charlier et le dessinateur Giraud, sont deux signatures majeures du neuvième art. Jean-Michel Charlier, grand raconteur d'histoires et maître du récit réaliste, était l'auteur de classiques comme Buck Danny, Barbe-rouge ou Tanguy et Laverdure. Quant à Jean Giraud - qui ne signait pas encore de son pseudonyme Moebius -, il rêvait de mettre en images les paysages de l'Ouest. Quelques années plus tôt, lors d'un voyage initiatique au Mexique, il avait "passé un contrat avec le western, le désert infini et sa magie". En octobre 1963, Blueberry monte en selle dans Fort Navajo. Il va entraîner dans ses chevauchées plusieurs générations de lecteurs. La série ne manque pas d'atouts : les scénarios impeccablement ficelés de Charlier sont magistralement servis par le trait réaliste de Giraud, dont la puissance s'affirme au fil des albums. Le personnage de Blueberry, lui, va gagner en épaisseur et en humanité. Jusqu'à devenir un homme traqué, brisé, accusé de meurtre et trouvant refuge au sein des tribus indiennes, bien loin de l'imagerie traditionnelle de l'histoire du western. En 1989, Charlier disparaît. Giraud décide alors de poursuivre seul la série. Il met en scène un Blueberry pour le moins inattendu, qui délaisse l'action pour s'interroger sur le sens de son existence... Mais sa carrière est loin d'être achevée : Charlier avait écrit le récit complet de sa vie. Blueberry est programmé pour quitter la scène en 1933, le soir où le président Roosevelt signa l'Acte d'abolition de la Prohibition... —Gilbert Jacques
Cavalier bleu
Les Démons du Missouri
Terreur sur le Kansas
Le Raid infernal
cartonné couleurs
La Poursuite impitoyable
Trois Hommes pour Atlanta
Colin Wilson
Le Prix du sang
La Solution Pinkerton
La Piste des maudits
Michel Blanc-Dumont
Dernier train pour Washington
François Corteggiani, Michel Blanc-Dumont
Sur ordre de Washington
Mission Sherman
Frontière sanglante
Nez cassé, menton carré, cheveux en bataille et tête de cochon : pas de doute, c'est bien lui. Mike Steve Blueberry. Ou plutôt, Marshal Blueberry. Mandaté par le général Sherman pour démanteler une bande de trafiquants d'armes qui sévit le long de la frontière mexicaine. Cette fois, le héros est plutôt mal en point : alité, le bras en écharpe et l'épaule en carafe. Livré aux bons soins de la délicieuse Tess - le genre d'infirmière qui vous donnerait presque envie d'être blessé...

Nous sommes en 1868, en plein Arizona, dans un bled paumé ironiquement baptisé Heaven (le paradis)... Entre un propriétaire sans scrupules, un juge véreux et sa fille maniaque de la gâchette, Blueberry saura faire triompher la morale et la justice. Avec l'aide de Red Neck, son vieux compagnon d'armes, et d'une bande de jeunes femmes décidées... Dernier volet de la trilogie Marshal Blueberry, Frontière sanglante est mis en images par Michel Rouge, un émule de Giraud qui succède à William Vance, le dessinateur de la fameuse série XIII. —Gilbert Jacques
Bonbon piment
Jean-Claude DenisParution des Editions du bout du monde de 1987.comportant 109 planches en couleurs et 25 pages, intitulée "Bonbon piment, de Jean-Claude Denis. Publication spéciale en lien avec Operation Handicap Internationale.
Brune
Emmanuel GuibertÉDITIONS ALBIN MICHEL EO 10/1992 AUTEUR: EMMANUEL GUIBERT
Buffalo Runner
Tiburce Oger
Bullwhite
Lapière, Stassen52pages. in4. Relié.
Adieu, monde cruel !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
En avant, tête de thon !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
On est fait comme des rats
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Debout, tas de nouilles !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Fini de rire !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Allez, on se tire!
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Que fait la police ?
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Elle est pas belle, la vie ?
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
On n'arrête pas le progrès !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Tous aux abris !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Chou bi dou wouah !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Quelque chose bave sous le lit !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Enfin seuls !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Va jouer dans le mixer !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Complètement surbookés !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Faites place à Hyperman !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
La Flemme du dimanche soir
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Gare au psychopathe à rayures
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Que de misère humaine !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Il y a des trésors partout !
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins.

Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours !

On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire !
– Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ?
– Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde.
– Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin.
– Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Je suis trop génial
Bill WattersonL'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes filles informes), dont Calvin et Hobbes sont seuls membres actifs, et ils se déchaînent sur la pauvre Susie Derkins. Les strips de Bill Waterson, couronné Alph-Art du meilleur étranger à Angoulême en 1992, étaient une véritable institution outre-Atlantique où quotidiennement les lecteurs se régalaient de ses aventures dans le journal. Depuis le 1er janvier 1996, Bill Waterson a décidé d'arrêter la publication quotidienne des strips. Mais heureusement pour la France, la traduction des aventures de Calvin et Hobbes a toujours cours ! On pourrait piocher à loisir les petites phrases assassines sur la société, qui montrent à quel point la vérité sort bien mieux de la bouche des enfants ! Tout le monde en prend pour son grade et c'est pour ça que c'est drôle. – Calvin : la plupart des gens pataugent toute leur vie ! Ils sont passifs, ils n'ont ni motivation ni ambition ! Ce n'est pas mon cas, j'aurai une existence épique ! Je vais affronter les problèmes de mon temps et changer le cours de l'histoire ! – Hobbes : Comment vas-tu t'y prendre ? – Calvin : je vais rester assis là, comme ça le destin saura où me trouver quand le temps sera venu de changer le monde. – Hobbes : J'aurais dû prendre un bouquin. – Calvin : C'est une question de minutes maintenant. —Nadia Picard
Le monde est magique
Bill Watterson
Jukurpa
Fred Duval
Mare tranquillitatis
Fred Duval
Intrusions
Gess, Duval, Breton
Samuel Earp
Gess /Duval
Deus ex machina
Gess, Duval, Rabarot
Le Sixième Doigt du Pendjab
Fred Duval, Gess, Isabelle Rabarot
L'Appel de Baïkonour
Fred Duval, Gess, Isabelle Rabarot
Dans le vide de Kirkwood
Fred Duval, Gess, Isabelle Rabarot
Vendetta
Fred Duval
Mazzere
Duval, Emem, Pierre Schelle
Nouméa-Tchamba
Fred Duval4 avril 2029 : le système judiciaire, débordé par la recrudescence des délits mineurs, prévoit la cryogénisation des détenus en préventive. D'anciennes plates-formes pétrolières sont alors reconverties en pénitenciers off-shore. 12 mars 2053 : Naoko Sonoda fait la une des médias. Elle est la première cryo-évadée de l'histoire.
L'eau du Golan
Fred Duval, Emem
Bandiagara
Fred Duval
Radioactivite
Fred Duval
Londres
Fred Duval, Didier Cassegrain
Carnets d'Orient
Jacques Ferrandez30x22x1cm. Album.
L'Année de feu
Jacques Ferrandez
Barney et la note bleue
Philippe Paringaux, Loustal
Coeurs de sable
Philippe Paringaux, Loustal
Colin-Maillard
Max Cabanes
Congo 40
Eric Warnauts, Raives
Les Frères Adamov
Loustal, Jerome CharynManhattan, 1936. Au pied du pont de Williamsburg, une petite tache de lumière. Celle du Mendel's Café, "repaire de pouilleux, de putains, de poivrots et de truands". C'est le quartier général de Max Adamov, chef de gang du Lower East Side, empereur bossu à la tête d'un "royaume peuplé d'ombres". Un jour, son frère Morris fait une entrée remarquée au Mendel's. À son bras, Ida Chance. Une blonde fatale, "prête à dévorer le monde". Dès qu'il la voit, Max l'a dans la chair. Son sang devient noir. Il sait qu'il ne pourra plus se passer d'elle. Il se lance alors dans une fuite en avant pour tenter de la chasser de son esprit, allant jusqu'à provoquer une nouvelle guerre des gangs... Récit d'une passion brûlante et impossible, Les Frères Adamov porte la marque de Jerome Charyn, auteur de romans noirs, issu du Bronx. Tandis que le dessin de Loustal, avec ses décors de brique et ses reflets blafards de réverbères sur les docks, fait battre le coeur de la ville et résonner les échos d'un New York aujourd'hui disparu. Gilbert Jacques
L'innocente
Raives
Lettres d'Outremer
Raives, Eric Warnauts
Le nain jaune
Jean-Claude Denis
Premières classes
Classes tous risques
Le Réveil de Merlin
Arleston
Le Sidhe aux mille charmes
S. /Hubsch, E. Arleston
La griffe de Rome
Christophe Arleston, Éric Hübsch
Not'Dam
Convard, Didier
Adam et Rêve
Convard, Didier
La Ruche
Convard, Didier
Le Village immortel
Didier Convard
Quand demain sera hier
Didier ConvardDes années après la disparition de l'humanité, les chats se sont installés sur les ruines laissées par les hommes. Au centre de ces ruines : Notdame, un édifice mythique sous laquelle les chats ont découvert une étrange machine qui n'apparaît que quelques instants. Cette machine qui, pour la première fois de leur histoire, divise les chats. La guerre : voilà bien une idée humaine. En route pour Notdame, Traine-Patte, Saute-Lune et leurs amis vont se trouver confrontés à d'étranges événements et personnages. L'un qui se trouve à deux endroits à la fois, l'autre qui est à la fois mort et vivant, et ces humains étranges, qui semblent venir de la machine, tantôt ici et tantôt là. Tout cela à cause du théorème d'incohérence. Car cette machine pourrait bien venir du passé, et avoir créé autour d'elle quelques glissements temporels, d'où l'existence côte à côte de plusieurs réalités alternatives. Des choses bien compliquées pour des chats...

Surtout connu comme scénariste (Neige, Le Triangle secret, Finkel), Convard ne s'attaque que rarement au dessin. Seulement quand la chose lui tient vraiment à cœur. Comme ici, dans cette joyeuse histoire de fantasy et de SF féline, lointainement inspirée de La Planète des singes, et joliment mise en couleur par Paul, le fils de Convard. —George Louhans
Le chevalier blanc
Funcken-l+F
nectar magique
Funcken-l+F
Sans Pitié
Funcken-l+F
Echec au roi
Funcken-l+F
Le signe fatal
Funcken-l+F
Le serment de l'archer
Funcken-l+F
Chiens de prairie
Philippe Foerster, Philippe Berthet
L'intégrale, tomes 1-3
Mitton
Le Retour des Vikings
Jean-Yves Mitton
Au nom des Vikings
Jean-Yves Mitton
Automne
Kordey, Mikalacki-Dja60pages. in4. cartonne rigide. cartonnée
Les chevaliers-guides
Isabelle Mercier, Roger Seiter, Vincent Bailly
Le bracelet d'angrbode
Mercier+Seiter
Le Wizom
Léonard Cardona Favrelle
Nonys
Pierre Leoni
L'ombre du Mangou
Nataël
La fenêtre oubliée
Nataël
Sioban
Jean Dufaux, Rosinski
Blackmore
Rosinski/Dufaux
Dame Gerfaut
Rosinski/Dufaux
Kyle of klanach
Rosinski/Dufaux
L'otage
Jean-Pierre Autheman, Dominique Rousseau
Alerte en Afrique
Autheman Rousseau
L' Empire du Pacifique
Jean-Pierre Autheman
Le Testament de Marius Casanova
Jean-Pierre Autheman
Opérette marseillaise
Jean-Pierre Autheman, Dominique Rousseau
Le Rendez-vous de Yu-Moon
Jean-Pierre Autheman, Dominique Rousseau
L'Extraordinaire odyssée de Corentiin
Les Nouvelles Aventures de Corentin
Paul Cuvelier
Le Poignard magique
Paul Cuvelier
Le Signe du cobra
Paul Cuvelier
Saigon, Hanoi
Cosey
Orchidea
Cosey
Cromwell Stone
Andreas
Le retour de Cromwell Stone
Andreas
Sueurs froides
Thierry Cailleteau, Denis Bajram
La sOurce et la sOnde
François Bourgeon, Claude Lacroix
Six saisons sur IlO
François Bourgeon, Claude Lacroix
La Clé des confins : D'Olh à Ilo et au delà
François Bourgeon, Claude Lacroix
Le cycle de Taï-Dor : Les enfants perdus
Rodolphe, Serrano
Les gants de tai dor
Serrano Letendre Rodolphe
Le masque de tai dor
Serrano Letendre Rodolphe
Gilles de tai dor
Serrano Letendre Rodolphe
La Veuve noire 1
Serrano, Rodolphe, Letendre, Focroule
La veuve noire 2
Jordan
Christian Rossicartonné couleurs
Selma
Collectif
Le coeur du voyage
Pierre Makyo
La coupole de thaggara
Patrito
La main des dieux
Marco Patrito
Le secret du Janissaire
Pavillon noir !
L' Archipel du danger
Le Mystère de l'île étrange
Jean sans lune
Jean-Luc Masbou, Alain Ayroles
Luna incognita
Chasseurs de chimères
Alain Ayroles, Jean-Luc Masbou
Le Maître d'armes
Alain Ayroles, Jean-Luc Masbou
Revers de fortune
Alain Ayroles, Jean-Luc Masbou
Le manuscrit
Frank Giroud, Joseph BéhéCe n'est qu'un livre. Et encore... Un manuscrit, plutôt. Rien d'autre qu'un paquet de feuilles défraîchies, griffonnées voici pas mal d'années, en 1814. Autant dire une éternité. Mais attention : ce n'est pas n'importe quel livre... Son titre ? Nahik. C'est un objet mystérieux. Dangereux, même. Capable de se jouer du destin et de chambouler jusqu'aux fondements de la civilisation. Au fait, qu'y trouve-t-on ? Les dernières volontés du prophète Mahomet...

À l'origine de cette nouvelle série, baptisée Le Décalogue, le scénariste Frank Giroud. Et pas moins de... dix dessinateurs. Car ce projet éditorial, aussi ambitieux que l'histoire qu'il raconte, va dérouler son charme envoûtant sur dix albums, entre janvier 2001 et février 2003. Le lecteur peut se préparer à voyager dans le temps, d'aujourd'hui au VIIe siècle. Et à se laisser aspirer par un récit mouvementé entremêlant fantastique, textes sacrés et enquête policière. Mais place à la lecture : tout commence à Glasgow, le jour où une vieille dame pousse la porte d'un éditeur... —Philippe Actère
La fatwa
Le Météore
Frank Giroud, J. F. (Jean François) Charles, Guilio de VitaLa bibliophilie n'est pas exempte de dangers… En ce jour de 1958, les membres de l'expédition qui s'apprêtent à grimper à l'assaut des Météores, ces monastères grecs perchés tels des nids d'aigle au sommet de rochers imprenables, ne se doutent pas encore des périls qui les attendent. Pour eux, seul importe la quête de Nahik, ce livre mystérieux et introuvable qui, dit-on, renfermerait les dernières volontés du prophète Mahomet. Un ouvrage unique, encore plus convoité que la Bible de Gutenberg, et dont l'existence reste discutée. Mais ne dit-on pas aussi qu'il serait maudit, et que Satan lui-même l'aurait imprimé ? Maudit, pourquoi pas ? Car au sein du groupe se dissimule une créature sortie tout droit de l'Enfer. Un tueur fanatique à l'intelligence diabolique, tout juste échappé d'un asile voisin. Et, comme par un fait exprès, les participants à l'expédition ne se connaissent pas. Ils ne se sont jamais vus en photo et ignorent presque tout les uns des autres. Et quand surviennent les premiers incidents, tout là-haut en pleine montagne, le lecteur se dit que Nahik possède peut-être des pouvoirs qui font de lui plus qu'un simple livre…

À l'origine de cette nouvelle série, baptisée Le Décalogue, le scénariste Frank Giroud. Et pas moins de... dix dessinateurs. Car ce projet éditorial, aussi ambitieux que l'histoire qu'il raconte, va dérouler son charme envoûtant sur dix albums, entre janvier 2001 et février 2003. Le lecteur peut se préparer à voyager dans le temps, d'aujourd'hui au VIIe siècle. Et à se laisser aspirer par un récit mouvementé entremêlant fantastique, textes sacrés et enquête policière. —Philippe Actère
Le serment
Frank Giroud, TBCEt Nahik traverse le temps et les frontières… Nous sommes au sortir de la seconde guerre mondiale, en 1946. La période est trouble. Les criminels de guerre les plus abjects se dissimulent dans la foule de réfugiés d'Europe occidentale. Mais le destin veille sur certains : le Vatican, obsédé par sa lutte contre "la lèpre communiste", met en place un réseau d'évasion. C'est l'opération "Ratline", qui permet de les faire embarquer à destination de l'Amérique du Sud. L'un d'eux, un certain Vilko, se voit ainsi offrir la possibilité de refaire sa vie en Argentine. C'est son beau-frère et ami d'enfance, le prêtre Davor, qui se charge de le retrouver. Mais leur passé les rattrapera. Car depuis l'époque de leur jeunesse et du groupe d'amis auquel ils appartenaient, les amours contrariées et les divergences d'opinion ne se sont jamais tout à fait éteintes. La mort et la trahison sont venues entacher les souvenirs des jours heureux. Seul Nahik, ce livre contenant les dernières volontés de Mahomet, semble rester fidèle à lui-même, insensible aux morsures de la vie et aux déchirures du temps qui passe…

À l'origine de cette nouvelle série, baptisée Le Décalogue, le scénariste Frank Giroud. Et pas moins de... dix dessinateurs. Car ce projet éditorial, aussi ambitieux que l'histoire qu'il raconte, va dérouler son charme envoûtant sur dix albums, entre janvier 2001 et février 2003. Le lecteur peut se préparer à voyager dans le temps, d'aujourd'hui au VIIe siècle. Et à se laisser aspirer par un récit mouvementé entremêlant fantastique, textes sacrés et enquête policière. —Philippe Actère
Le Vengeur
Giroud, RoccoJuin 1915, vallée du Tchoroch. Dans ce coin perdu de l'Arménie turque, une pauvre cohorte de prisonniers à pied est encadrée par des gardes à cheval. Les premiers sont arméniens. Ils ne le savent pas encore, mais ils sont promis à une mort certaine. Dans quelques minutes, ils seront précipités du haut d'une falaise. Seuls deux jeunes garçons, Missak et Aram, survivront. L'un d'eux, avant de trouver son salut grâce à une fuite éperdue à travers les montagnes, s'est vu confier par sa mère un livre étrange qui, selon elle, possèderait "une valeur immense". Ce livre s'appelle Nahik. Il est l'un des plus recherchés au monde. On dit de lui qu'il contiendrait les dernières volontés du prophète Mahomet…
Quelques années plus tard, en 1922, nous retrouvons ces deux jeunes garçons en Allemagne, à Berlin. Tous les deux engagés au sein de la Dachnak, la Fédération révolutionnaire arménienne, ils réclament justice. Ils se sont juré de venger leur peuple victime du génocide de 1915. Et de châtier les Turcs reconnus coupables par un tribunal d'Istanbul, mais qui ont fui leur pays avant le procès. Justement, l'un d'eux vit ici, à Berlin. Il s'appelle Selim Gunneï. Désormais, ses jours sont comptés : il doit mourir. Le stratagème mis au point s'appuie sur ce fameux livre, Nahik. Car l'homme est un bibliophile passionné. Et Missak se voit chargé de séduire sa fille afin de l'approcher et de lui proposer Nahik. Mais un événement imprévu survient : Missak tombe éperdument amoureux de la fille de Gunneï. Et doit choisir entre sa mission – et la fidélité à la mémoire de son peuple – et son amour… Cinquième volet d'une série passionnante dont le "héros" est un livre étrange et dangereux. Un livre qui traverse le temps et les frontières, insensible aux folies des hommes, et qui entraîne ceux qui le possèdent au cœur d'une destinée tragique…

Si chaque volume peut être lu indépendamment des autres, il constitue néanmoins le maillon d'une saga ambitieuse dont l'unité est assurée par le scénariste Giroud (à qui l'on doit notamment les aventures de Louis la guigne et de Louis Ferchot). Le dessin est assuré à chaque épisode par un graphiste différent : ici, le trait de Rocco évoque celui de "Gir/Moebius", le dessinateur du lieutenant Blueberry. Il est de pires références… Quant à Nahik, les soubresauts de l'Histoire ne semblent toujours pas l'atteindre. À la fin du récit, qui recèle son triste cortège de morts et de drames, il est toujours là. Comme indifférent aux passions meurtrières qu'il déchaîne sur son passage... —Gilbert Jacques
L'Echange
Giroud, Mounier
Les conjurés
Nahik
Frank Giroud, Lucien Rollin
Le papyrus de Kôm-Ombo
Michel Fauré, Frank Giroud
La dernière sourate
Franz, Giroud
La demoiselle de la Légion d'honneur
Pierre Christin, Annie Goetzinger
Jo
Derib
La rumeur des eaux
Lidwine
La favorite
Ana MirallèsSur les bords du Bosphore, à l'ombre des minarets, une jeune femme brune court après une chimère. Elle est à la recherche d'un Djinn, un de ces esprits de l'air tour à tour anges et démons. Elle s'appelle Kim Nelson. En vérité, elle s'est lancée sur la trace de sa grand-mère, une certaine Jade, qui fut la favorite du fameux Sultan noir avant de le trahir et de disparaître. Comme seuls savent disparaître les Djinns, justement... C'était il y a bien longtemps, en 1912. Pourtant, le souvenir de Jade flotte encore dans l'air de la ville. Tout comme celui du mythique trésor du sultan, que nul n'a jamais retrouvé. Et qui excite la convoitise de quelques-uns, tandis que les bordels de la vieille ville chatouillent les sens de quelques autres. En posant ses questions, Kim jette un caillou "dans les eaux dormantes" des souvenirs et des passions...

Dans cette nouvelle série écrite par Dufaux (Giacomo C, (Jessica Blandy), les images du passé se mêlent sans cesse à celles du présent. Pour mieux perdre le lecteur dans un univers de mystère et de sensualité, relevé d'une pointe de cruauté... —Gilbert Jacques
Les 30 clochettes
Le Tatouage
Jean Dufaux, Ana Mirallès
Le Trésor
Jean Dufaux, Ana Mirallès
Le Jour des crapauds
La Princesse des Barbares
Première partie
Behe+Toff
Deuxième partie
Behe+Toff
Les jouets Olympiques
Joël Mouclier
La Lune pour Témoin
Joël Mouclier
Le trépassé de Kermellec
Patrice Pellerin
Le rocher du crâne
Patrice Pellerin
Tempête sur Brest
Patrice Pellerin
Captives à bord
Patrick Pellerin
Le Trésor du Mahury
Patrice PellerinÎle de Cayenne, 1742. Yann de Kermeur, alias l'Épervier, est dans une mauvaise passe. On l'accuse du meurtre du comte de Kermellec. Mais il proclame son innocence. Mais le temps lui est compté… Pour se disculper, il lui faut réunir les preuves de sa bonne foi. Et il a toutes les chances de les trouver sur La Méduse, son propre navire, dont s'est emparé le marquis de la Motte. Mais à bord règne la confusion. Il se murmure qu'un trésor attend les audacieux, quelques dizaines de mètres sous le bateau. L'Épervier, lui, reste indifférent au tumulte ambiant : pour lui, l'essentiel est de sauver sa peau…

Avec ce cinquième volume de la saga de Yann de Kermeur, Patrice Pellerin confirme ses qualités de dessinateur réaliste et de scénariste. Lui qui avait démarré aux côtés d'un maître du neuvième art, Jean-Michel Charlier, vogue désormais de ses propres ailes sur les flots de la bande dessinée d'aventures. Avant de reprendre la série des exploits de Barbe-Rouge le pirate, classique des classiques de la BD franco-belge créé par Charlier et Hubinon, Pellerin avait débuté sa carrière aux côtés du dessinateur Pierre Joubert, puis s'était construit une réputation d'illustrateur. Observateur pointilleux de la réalité, forcené de la documentation et du détail juste, Pellerin s'affirme d'album en album comme l'une des valeurs sûres de la bande dessinée d'aventures d'aujourd'hui. Déjà un classique... —Gilbert Jacques
Les Larmes de Tlaloc
Patrice Pellerin
La Maison-Dieu
Daniel Huletéditions Glénat, 1987, 46 pages, format: 33 sur 25,5 cm
Le passage avide
Daniel Hulet
Waterloo exit
Daniel Hulet
Toi, le venin
Ana Mirallès, Antonio Seguraéditions Glénat, 1991, 47 pages, format: 33 sur 25 cm
Toi, le désir
Ana Mirallès, Antonio Segura
Toi, l'amour
Ana Mirallès, Antonio Segura
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke
Les exploits de quick et flupke / recueil 6
Les exploits de quick et flupke / recueil 6
Félina
Víctor Mora
Les mystères de Barcelone
Victor Mora, Annie Goetzingercartonné couleurs
L'ogre du Djebel
Victor Mora, Annie Goetzinger
L'onguent admirable
Scotch Arleston, Mourier
Retour à Vocable
Scotch Arleston
Corail sanglant
Jean-Louis Mourier, Scotch Arleston
Les filles de soleil, numéro 3
Collectif
L'Enfant de mer
Didier Convard, Christian Gine
Océane
Didier Convard, Christian Gine
Genos
Didier Convard
Le Secret
Convard+Gine
Origine
Convard/Gine Didier
Esta
Convard, Gine
Corruption
Didier Convard, Gine
Le Tumulus
Roger Seiter
Le Destin de Jane
Roger Seiter
Le mangeur d'âmes
Roger Seiter, Cyril Bonin
Les sables du temps
Roger Seiter, Cyril Bonin
Mademoiselle H.
Corbeyran, Falque
Monsieur P.
Corbeyran+Falque
Basile f
Corbeyran+Falque
Le grand magasin
Éric Corbeyran, Denis Falque
Le grand bateau
La grande terre
Corbeyran
Le Bracelet de Cohars
Arleston
Garfield prend du poids
Jim Davis
Faut pas s'en faire
Jim Davis
Les Yeux plus gros que le ventre
Jim Davis
La faim justifie les moyens
Jim DavisÉDITIONS DARGAUD 06/1996 AUTEUR: JIM DAVIS
Moi, on m'aime
Jim Davis
Une lasagne pour mon royaume
Jim Davis
Qui dort dîne
Jim Davis
La Bonne Vie !
Jim Davis
Tiens bon la rampe
Jim Davis
Ah, le farniente
Jim Davis
Fainéant et gourmand
Jim Davis
Je suis beau
Jim Davis
Garfield lave plus blanc
Jim Davis
Garfield fait boule de neige
Jim DavisA very good book.
Garfield fait feu de tout bois
Jim Davis
Garfield n'est pas un cadeau !
Jim Davis
Garfield dort sur ses deux oreilles
Jim Davis
Garfield ne se mouille pas
Jim Davis
La soupe est froide
Jim Davis
Garfield n'oublie pas sa brosse à dents
Jim Davis
Garfield est un drôle de pistolet
Jim Davis
Ça déménage !
Jim Davis
Garfield se la coule douce !
Jim Davis
De mares en châteaux
De mal en pis
Le Prince aux deux visages
L'Ogre aux yeux de cristal
Preux et prouesses
La belle et les bêtes
Bruno Maiorana, Alain Ayroles
Jaina
Ange - Varanda
Pilleurs d'épaves
Pecqueur /Malfin
Banks contre Banks
Daniel Pecqueur, Nicolas Malfin
Nuit polaire
Nicolas Malfin, Pierre Schelle, Stéphane RosaGolden City : un paradis artificiel, une cité lacustre construite de toutes pièces, résidence de quelques privilégiés richissimes qui ont acheté le droit de s'échapper du monde pour s'installer dans cet endroit fabuleux où rien ne peut vous arriver.

Rien ? Il semblerait pourtant que l'endroit éveille l'intérêt des spéculateurs de tous poils, y compris les plus malveillants. Harrisson Banks, fils prodigue de la fondatrice de Golden City l'a appris malgré lui. Arrêté, il a été envoyé dans un bagne disciplinaire au fin fond de l'Arctique où il est désormais le numéro 990320. Sans aucune possibilité de communiquer avec qui que ce soit, il lui sera difficile de convaincre qui il est et surtout que le Banks qui a pris sa place n'est qu'un imposteur. Jusqu'à la visite de sœur Léa, qui partage avec lui un secret d'enfance...

Avec ce premier travail en commun, le dessinateur Nicolas Malfin et le scénariste Daniel Pecqueur (Tao Bang, Thomas Noland, Cargal) signent une série d'excellente facture. D'un classicisme assumé dans la forme comme dans le fond, Golden City peut d'ores et déjà prétendre au rang des meilleures BD de science-fiction. —George Louhans
Goldy
Daniel Pecqueur
Le Dossier Harrison
Daniel Pecqueur
Jessica
Daniel Pecqueur, Nicolas Malfin, Pierre Schelle, Stéphane Rosa
Les enfants perdus
Pecqueur, Nicolas Malfin, Pierre Schelle
Les naufragés des abysses
Daniel Pecqueur, Nicolas Malfin, Pierre Schelle
L'énigme Banks
Daniel Pecqueur, Nicolas Malfin
Igguk
Civiello
Le grand ornement
Civiello
La Morrydwen
Civiello
Le Roy sans coeur
Thomas Mosdi, Civiello
Les sorcières de la nuit
Yann
Camarade Lilya
Yann
Wulf & Lilya
Yann
Le grand pouvoir du Chninkel
Depuis la nuit des temps, les trois immortels s'affrontent sans relâche. Leurs armées se combattent sans qu'il n'y ait jamais réellement ni vainqueur, ni survivant. Aujourd'hui pourtant, J'on, le petit Chninkel, esclave d'un des immortels, a survécu. Quittant, miraculeusement indemne, le champ de bataille et, pour la première fois de sa vie, libre, le "maître créateur du monde" lui apparaît et lui donne le "grand pouvoir" pour rétablir la paix, faute de quoi le monde sera anéanti. Ces événements sont le point de départ d'une épopée qui va mener J'on, armé d'un pouvoir dont il ignore tout, au travers d'un monde qu'il connaît à peine, afin d'essayer de le sauver. Et si le grand pouvoir n'était pas ce qu'il imagine ?...

Les auteurs de Thorgal, G.Rosinski La Complainte des Landes perdues) et J.Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous font vivre fébrilement cette quête, au travers de ce véritable roman graphique réédité ici en couleurs. —Laurent Vabre
Le raborne
Blue Green-Corbeyran
Annaelle
Blue Green-Corbeyran
Bras faucon
Blue Green-Corbeyran
Lieutenant Mandella, 2010-2020
Joe Haldeman, Marvano
Lieutenant Mandella, 2020-2203
Joe Haldeman, Marvano
Major Mandella, 2203-3177
Joe Haldeman, Marvano
Guide du jeune père en BD
Goupil, Tybo
Le mini-guide du chat en BD
Jacky Goupil, Tybo
On a vole le pacte
Wuillemin/Mace
Le Mercenaire conseil du roy
Wuillemin/Mace
Polar au gothard
Wuillemin/ Mace
Rocvache!
Wuillemin et Mace
Choc ness !
Wuillemin/Mace
Fichus fichiers !
Wuillemin/Mace
Euroka
Wuillemin/Mace
L'Extraordinaire mystère C
Wuillemin/Mace
L'épee de foudre
Norma
Pays des trolls
Norma
Moonwulf
Norma
Le Sérum
Fabrice Meddour
Le Grand silencieux
Fabrice Meddour
Vicky
Fabrice Meddour
Les Héritiers d'Hispanola
Fabrice Meddour
La Voie fiscale
Stephen Desberg
La Stratégie Hagen
Stephen DesbergLos Angeles. Sur l'ordre d'un proche du milliardaire juif Moshe Geldhof, un ex-employé de l'Union des banques est assassiné. Moshe Geldhof est un magnat de la finance, un homme respectable engagé dans la croisade pour récupérer les biens juifs confisqués par les nazis. Pour enquêter sur l'origine de sa fortune, l'I.R.S. (le fisc américain) convoque l'un de ses meilleurs éléments :Larry B. Max. Pour cet incorruptible, il n'y a ni passe-droits, ni intouchables. Il y a juste le chemin qui mène à la vérité…

Dans la mythologie allemande, Hagen incarne le traître. Celui qui infiltre le rang de ses ennemis pour mieux les détruire. L'histoire de Vrancken et Desberg est un drame en deux actes et deux albums de papier… Glacé. Larry B. Max, le justicier, l'homme de la lumière, tente d'y débusquer Hagen, l'homme de l'ombre. Sa traque le mène à Auschwitz, vers un passé tragique que l'on pensait définitivement révolu… Un récit grave qui évoque avec une terrible efficacité les coulisses les plus sombres de notre histoire. —Catherine Romat
Blue ice
Quand Ryan Ricks, un as des paradis fiscaux, débarque dans la Cité des Anges, Los Angeles se met très vite à ressembler à l'enfer... Avec sa barbichette et son costume impeccable, on aurait pourtant tendance à lui donner le Bon Dieu sans confession. Erreur : l'homme est un spécialiste du blanchiment d'argent sale, traqué depuis douze ans par le fisc américain. Que vient-il faire ? Mystère. Pendant ce temps-là, ça cartonne dans les cartels. Plusieurs de leurs honorables membres passent soudain de vie à trépas. Larry B. Max, spécialiste des feuilles d'impôts pas très claires, mène l'enquête. Et aboutit à cette ahurissante conclusion : Ryan Ricks projette tout bonnement de racheter les cartels comme s'il s'agissait de simples bars à tapas…

Mené à un train d'enfer, ce troisième volet de la série I.R.$. plonge au cœur d'une certaine réalité contemporaine. Celle des gros bonnets de la drogue, des trafiquants internationaux et du blanchiment d'argent. Surtout, ne pas se fier au ciel bleu et au décor hollywoodien présents en arrière-plan : la guerre meurtrière pour le contrôle de la cocaïne, ce n'est pas du cinéma… —Philippe Actère
Narcocratie
Stephen Desberg, Bernard VrankenLa traque continue Larry B. Max, agent très spécial des services fiscaux américains, s'offre une petite randonnée au Mexique sur la piste de Ryan Ricks. Un coriace, ce Ricks : voilà douze ans qu'il joue les filles de l'air, bien à l'abri derrière ses écrans d'ordinateur. Il clique sur son clavier et manie la souris comme personne pour mieux jouer au chat et à la… souris avec les autorités fiscales. L'homme voit grand : il a décidé de racheter les cartels de la drogue colombiens. Mais les autorités mexicaines goûtent assez mal la plaisanterie : l'argent de la drogue est suffisamment puissant pour déstabiliser leur économie. Et voilà l'ami Larry de l'autre côté du Rio Grande, avec son costume couleur crème, toujours impeccable, aussi bien repassé que son caractère est trempé. De pièges en chausse-trapes, Larry B. Max constatera que le soleil mexicain n'est pas le seul à provoquer des coups de chaleur…

Aventure, montages financiers à donner le tournis, coups fourrés et petites leçons d'économie contemporaine : IR$ lorgne avec une certaine réussite du côté de la série à succès Largo Winch. Larry B. Max a la carrure et la prestance du héros de Van Hamme et Francq, à défaut de posséder ses moyens financiers. Tout le monde n'a pas la chance de naître milliardaire..… Mais à part ça, Larry n'a pas grand-chose à envier à Largo : même goût de l'action, même charisme, même détermination. Le dessin de Vrancken est aussi efficace que celui de Francq. La mise en couleurs installe l'ambiance adéquate, mélange de chaleur mexicaine étouffante et de froideur implacable des réalités du business international. Moralité de l'histoire ? La moralité, justement, a parfois bien du mal à se frayer un chemin entre les intérêts financiers des uns et les réalités économiques des autres. Et la frontière entre criminalité et honnêteté semble par moments aussi perméable que celle qui sépare les États-Unis de leur voisin mexicain… —Philippe Actère
Silicia Inc
Le Corrupteur
Stephen Desberg
Corporate America
Bernard Vrancken, Stephen DesbergLarry B. Max est très personnellement concerné par les recherches qu'il coordonne sur la Eastern garden Oil basée à Tblissi, aux confins de l'ex-URSS. Ce qui intrigue surtout, ce sont les manigances des 2 Américains qui s'en partagent la propriété. Laurence Upshaw et Johnny Madsen. Ce...
L'Imploseur
Delépine, Stan, Vince
Invasions et chuchotements
Hervé Bourhis, Rudy Spiessert, Mathilda Spiessert
Crâne noir
Hervé Bourhis, Rudy Spiessert
L'invitation
Jim, Dominique Mermoux
Soon-Li
Win
D'où vient le vent
Joe Bar Team Story
Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4
Tome 6
Fane
Ca va péter!
Roger Widenlocher
La nuit des tuileries
Jean-Pierre Pécau, Fred Duval
Napoléon Washington
Gris noir
Michel Plessix, Dieter48pages. 31,6x22,2x1cm. Poche.
Jikuri
Plessix, Dieter
Charles
Michel Plessix, Dieter
L'Intégrale
Rodolphe, Léo
Dark, j'adore
Midam
Kids
ARNO Marc47 pages. Premier plat illustré en couleurs. Bande dessinée en noir et blanc.
Planète Dakoï
Crisse
Tome 1-3 : L'intégrale
Crisse
Secteur WBH3
CrisseÉDITIONS SOLEIL 11/1997 auteur: CRISSE
Projet Equinoxe
Crisse*****
Système Ragnarok
Retour à Terradoes
Didier Crisse, Nicolas Mitric
L'héritier des âmes
Nicolas Mitric
La perle d'or
Nicolas Mitric, Didier Crisse
Le Secret du sniper
Crisse, Nicolas Mitric
Taman Kha
Mano Kha
Skullface
Les Larmes de Gosharad
Le serment Dakoïd
Mitric, Peru
Le sourire de Myra
Sylvain Runberg, Eduardo Ocaña, Stéphane Paitreau, Luc Perdriset
Le dernier vol de l'Enclume
Jean-Luc Sala
Le lamentin noir
Les prêtresses d'Isis
Didier Crisse
L'honneur du sniper
Nicolas Mitric, Christophe Alliel
L'Appel des étoiles
Louis, Arnaud Boudoiron, Didier Crisse
Lames soeurs
Philippe Murat, Laurent Peno-Mazzarino, Sylvain Guinebaud
Casus belli : Terra Incognita
Rémi Guérin, Damour, Didier Crisse
Casus belli : Invasion
Rémi Guérin, Damour
L'île des amantes religieuses
Didier Crisse, Nicolas Mitric, Paille, Bruno Campoy
La forteresse de pierre
Hausman Dubois
Le Lama blanc
Alexandro Jodorowsky, Georges Bess
La Seconde vue
Georges Bess, Alexandro Jodorowsky
Les trois oreilles
Alexandro Jodorowsky, Georges BessLe LAMA BLANC n° 3 (1991) - Georges BESS Les Trois oreilles - HUMANOÏDES ASSOCIÉS collection Eldorado
Quatrième voix
Alexandro Jodorowsky, Georges Bess
Main fermée, main ouverte
Alexandro Jodorowsky, Georges BessLe LAMA BLANC n° 5 (1992) - Georges BESS Main fermée, main ouverte - HUMANOÏDES ASSOCIÉS collection Eldorado - DL octobre 1992
Triangle d'eau triangle de feu
Georges Bess, Jodorowsky
La Bête fabuleuse
Didier TarquinLa fin du cycle.
Il arrive un moment où la quête prend fin et où commence la légende. Le jeune forgeron qui s'était révélé être l'élu car il répondait de façon extraordinaire aux vibrations de l'épée en ivoire de Magohamoth est arrivé aujourd'hui au terme de sa première aventure.

Sur le chemin, il a rencontré une galerie de personnages plus fabuleux les uns que les autres. Car la caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôle, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi des psychologies. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volailles, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust, susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'heroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, d'après la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Cartographie illustrée du monde de Troy
Le Monde de Troy est-il devenu si complexe, si touffu, qu'il faille établir une cartographie de ses territoires ? Il est vrai l'univers de Lanfeust s'agrémente, de jour en jour, de points de vue nouveaux qui ont poussé, aux côtés d'un premier cycle de huit albums, comme champignons sous la pluie : Trolls de Troy, Gnomes de Troy et bientôt Lanfeust des Étoiles à partir de fin 2001 sont autant de facettes qui donnent du champ à l'imaginaire. Dans l'Encyclopédie monde de Troy le préfacier nous avait prévenus de l'existence de cette trilogie savante aux balises fantastiques : encyclopédie, cartographie, bestiaire. Les auteurs de Lanfeust s'amusent – comme ils nous amusent – à donner à leur univers une profondeur insoupçonnée, improbable.

Ce volume est le deuxième volet de cette trilogie où les auteurs se prennent pour Mercator et établissent les contours d'un atlas commenté aux noms poétiques: Les Cent mille Lacs gelés, les Monts exsangues, les Marches levantines, l'Armalie, le Delpont, le Darshan, les 77 baronnies d'Hédulie… qui sont chacun des appels à l'aventure. L'Invitation au voyage est le titre d'un poème de Beaudelaire dans les les Fleurs du mal. Il s'applique à ce projet qui nous emmène dans des pays qu'aucun voyagiste ne vous proposera comme destination pour vos vacances. —Didier Pasamonik
Encyclopédie anarchique du monde de Troy
L'héritier
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
Le groupe W
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
O.P.A.
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
Business blues
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
H
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
Dutch connection
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
La forteresse de Makiling
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
L'Heure du tigre
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
Voir Venise....
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
...Et Mourir
C'était l'un des hommes les plus riches du monde. Le jour où le vieux Nerio Winch disparaît, son cher Groupe W, conglomérat de multinationales, risque de disparaître avec lui. Les barons du Groupe s'inquiètent. Quand ils découvrent que le vieux Nerio dissimulait un fils adoptif, un certain Largo Winczlav, ils s'inquiètent encore un peu plus. Mais le Largo en question est loin de se douter du destin qui l'attend. Son souci du moment, c'est plutôt de s'évader de la prison d'Istanbul où il est enfermé pour meurtre...

Avec XIII, Largo Winch est l'un des grands succès du scénariste Jean Van Hamme. Adaptée des romans qu'il a lui-même écrits, la série met en scène un jeune milliardaire atypique. Belle gueule, bagarreur, coureur et pas conformiste pour deux sous, Largo a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Pour le plus grand plaisir du lecteur, qui fonce tête baissée dans les scénarios impeccablement ficelés de Van Hamme, servis par le trait réaliste et efficace de Francq. Avec Largo, un seul mot : action ! —Gilbert Jacques
Golden Gate
Décidément, Largo Winch est un grand voyageur. Dans sa précédente aventure, Voir Venise... ...et mourir, il se promenait le long des canaux vénitiens. Là, il se branche sur les canaux de la télévision. Plus précisément, il découvre l'envers du décor. Et ce qui se passe derrière l'écran n'est pas toujours très beau à voir... Un jour, il s'aperçoit que son vieux compagnon d'aventures, Simon Ovronnaz, joue les durs - plutôt mal, d'ailleurs - dans une série réalisée par W9, la chaîne du Groupe Winch. Mais le plan de financement de la série recèle quelques zones d'ombre. Assez pour que Largo décide d'y aller voir de plus près. Evidemment, ce séducteur impénitent fera quelques rencontres plutôt agréables. Mais d'autres se révèleront bien plus dangereuses...

Action, séduction, imagination : on retrouve dans cet épisode les ingrédients habituels du cocktail servi par Jean Van Hamme, scénariste multi-cartes (XIII, Thorgal...). Le trait réaliste de Francq, lui, est toujours aussi efficace. Largo Winch n'a pas de soucis à se faire : il est en de bonnes mains... —Gilbert Jacques
Shadow
Philippe Francq, Jean Van HammeRien ne va plus pour Largo Winch ! Cette fois, le milliardaire le plus séduisant de la planète a de gros, gros soucis. Quand cette histoire démarre, on le retrouve en prison. Oh, certes, ce n'est pas la première fois de sa vie : déjà, dans le tout premier épisode de la série, il avait fait connaissance avec les geôles de Turquie. Mais là, c'est plus grave : il est accusé de viol sur mineure. Et le numéro 2 du groupe W, propriété de Largo Winch, partage sa cellule. Motif : fraude fiscale. Sale affaire, vraiment. Voilà qui ne va pas arranger l'image de Largo. Et justement, à propos d'image, tout ça est la faute de la télévision. Tout a commencé avec le tournage de Shadow un feuilleton télévisé produit par une filiale du groupe W et dans lequel Simon Ovronnaz, compagnon de baroud et de galères de Largo, jouait – fort mal, d'ailleurs – les beaux ténébreux. Résultat : les deux têtes du groupe moisissent derrière les barreaux, le groupe W chancelle et une charmante salariée de Largo attend le dénouement de cette histoire dans une cave où de vilains rats veulent lui faire passer un sale quart d'heure… Comme scénario, franchement, on fait mieux ! Mais pas de panique, après tout, si Largo Winch figure en tête des ventes d'albums de BD, ce n'est pas tout à fait par hasard. Le gaillard a de la ressource et s'y entend à merveille pour tenir ses lecteurs en haleine. Même s'il semble en fâcheuse posture au moment où démarre ce douzième épisode de la saga, on peut lui faire confiance pour trouver une solution à ses déboires…

Largo Winch, c'est l'irruption de l'économie et de l'entreprise triomphante dans la BD. Le scénariste, Jean Van Hamme, n'est pas un ancien cadre supérieur pour rien : il n'a pas son pareil pour transformer un univers a priori guère glamour – celui du business sans pitié ni états d'âme – en un théâtre de rebondissements et d'aventures en tout genre. Et son Largo conserve sa prestance en toute occasion. Même quand il est enfoui dans le sable brûlant du désert et qu'un méchant scorpion vient lui chatouiller les narines. Mais on ne sait jamais… Et si l'épisode ne connaissait pas le "happy end" cher aux bons feuilletonistes de la télévision ? Ce serait cocasse : justement, la bande dessinée est déclinée en une série… télévisée dont le deuxième cycle d'épisodes vient d'être tourné. —Philippe Actère
Le Prix de l'argent
Collectif
La Loi du dollar
Les trois yeux des gardiens du Tao
Philippe Francq, Jean Van Hamme
Mer noire
Philippe Francq, Jean Van Hamme
L'empire des taupes
Bob De Moor
Une Autre Guerre
Marvano, Haldeman
Exode
Révélation
Haldeman, Marvano
Crâne de bois
Pas très poli, ce Lincoln. La décence nous interdit de rapporter les premiers (gros) mots que cet apprenti cow-boy prononça, mais ce n’était pas joli-joli. Et après, ça n’a fait qu’empirer. Le genre à vouloir sans cesse bousculer l’ordre établi et à agacer les grands avec ses remarques lucides – et donc un tantinet pénibles. Résultat : à dix-neuf ans, on l’a gentiment invité (à grands coups de pied aux fesses, pour être précis) à aller se faire pendre ailleurs. Et voilà notre Lincoln parti sur les routes, avec sa gueule en biais, son mégot à la bouche et sa silhouette dégingandée, en train de ruminer contre le monde entier, de lancer des bâtons de dynamite dans les rivières pour faire exploser les poissons – c’est malin, tiens – et de jeter des os de poulet aux mendiants en les traitant de "feignasse". Bref, dans la famille cow-boy, on a vu mieux. Rien à voir avec Lucky Luke ou Blueberry, ça non. Mais un jour, tout change : un petit bonhomme vêtu d’un poncho et d’un grand chapeau s’approche de Lincoln – lequel, toujours aussi aimable, l’accueille d’un sympathique "dégage !" Ce petit bonhomme, c’est Dieu en personne. Et Dieu est bien décidé à lui prouver qu’on peut prendre du plaisir à vivre sur terre. D’ailleurs, il lui propose l’immortalité. Il est comme ça, Dieu : quand il a une idée en tête, rien ne l’arrête. Évidemment, Lincoln râle un peu. Mais il se dit qu’après tout, ma foi, pourquoi pas ? Résultat : notre cow-boy se met à écumer les saloons, à piller les trains et à boire plus que de raison. Pas pour longtemps : il se retrouve pendu. Heureusement qu’il est immortel... Du coup, il se dit qu’il a peut-être intérêt à faire attention. Et c’est là que Dieu sort sa botte secrète : il lui propose de le transformer en justicier, rien que ça. Il aimerait bien le voir défendre la veuve, l’orphelin et le prolétaire exploité. Bref, devenir un héros. Là, on peut dire que Lincoln est mal barré…
Le moins que l’on puisse dire aussi, c’est que la bande dessinée ne nous avait pas habitués à ce genre de western. Et c’est bien dommage, parce que ce premier tome de Lincoln est une petite merveille d’humour, de loufoquerie et, mine de rien, de sagesse – si, si ! La trajectoire de ce pauv’gars devenu bien malgré lui une sorte de figure de tragédie grecque est un vrai régal. Les dialogues sont jubilatoires, la dégaine du "héros" (façon de parler) particulièrement bien croquée, le personnage de Dieu quelque peu inattendu mais franchement réussi – quant au Diable, qui fait un petit tour en "guest-star", il n’est pas mal non plus ! Le trait de Jouvray donne une manière de bonhomie aux personnages, et les couleurs en aplats installent les ambiances sans jamais nuire à la lisibilité du récit. On a tous quelque chose de Lincoln en nous, avec ce côté renfrogné et cette envie de tout envoyer balader… —Gilbert Jacques
Indian Tonic
Jouvray
Litteul Kévin 1
Coyote
Litteul Kévin 2
Coyote
Litteul Kévin 3
Coyote
Litteul Kévin 4
Coyote
Litteul Kévin 5
Coyote
Litteul Kévin 6
CoyoteLitteul Kevin a des parents extra ! Chacal, son père, est un byker barbu au caractère de cochon. Agnès, sa mère, est le genre de belle nénette qui ne se laisse pas marcher sur les pieds (surtout par les barbus au caractère de cochon). D'ordinaire, le géant et sa belle s'entendent comme larrons en foire, mais lorsque Chacal accumule les gaffes, cela chauffe à la maison ! Heureusement, après la pluie le beau temps. Les tourtereaux réconciliés font leur valise et la famille au grand complet s'envole pour Québec... Après deux ans d'absence, voici le retour tant attendu de Litteul Kevin. Le petit déluré tient une forme du tonnerre et son grand imbécile de père aussi. Heureusement ! Car, il faut le dire, c'est bien Chacal (ses potes, ses fameux coups de gueule, son humour fumeux, son penchant pour les petites pépées bien roulées etc.) le véritable héros de cet album à l'humour pétaradant ! Reste maintenant à savoir si le champion des bykers roulera autant les mécaniques lorsqu'il devra "runner" un skidoo super sauvage sur un lac gelé ? —Catherine Romat
Le Livre de Jack
Filippi, Boiscommun
Le livre des fées séchées
Cottington
Trottoirs brulants
Yann
La Sultane Blanche
Pierre Christin
La longue marche
Jean-Michel Charlier, Jean Giraud
Lova, tome 1
Jean-Claude Servais
Lova, tome 2
Jean-Claude Servais
Des écureuils et des filles
Jean-Claude Denis
Luc Leroi remonte la pente
Jean-Claude Denis
Bonnie Tom
Dubois, Pierre Duval
Bonnie Tom
Pierre Dubois, Stéphane Duval
Puckwoodgenies
Pierre Dubois, Stéphane Duval
Puckwoodgenies
Pierre Dubois, Stéphane Duval
Testament
Corbeyran, Charlet
Prémonition
Eric Corbeyran
Matrice
Eric Corbeyran
Charles, 1854
Jean Van Hamme, Francis Vallès1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
Margrit, 1886
Jean Van Hamme, Francis Vallès1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
Adrien, 1917
Jean Van Hamme, Francis Vallès1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
Noël, 1932
Jean Van Hamme, Francis Vallès1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
Julienne, 1950
Jean Van Hamme, Francis Vallès1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
Jay,1973
Van Hamme - Valles1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
Frank,1997
Van Hamme - Valles1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
Les steenfort
Van Hamme - Valles1854 : Charles Steenford crée sa première bière. 1997 : Steenford est un empire international de production et de vente de bières. Pendant plus d'un siècle, les générations vont se succéder, mais toujours avec les mêmes objectifs : créer les meilleures bières et faire prospérer les brasseries de la famille. Les guerres, les trahisons et les humiliations marquent les personnes mais seule compte la grandeur des Steenford, dans un monde où tous les coups sont permis. Le dessin précis de F. Vallès (Dorian Dombre), et l'imagination de J. Van Hamme (XIII, Largo Winch) nous plongent dans cette saga familiale, au fil de sept albums et d'un hors série, qui détaille des événements simplement cités dans les précédents albums. Cette série a également été adaptée, par J. Van Hamme pour la télévision, puis en roman Les Steenford, maîtres de l'orge. —Victor Dantès
La cité du non-retour
Rotundo/Ferrandino
L'île aux hommes fatigués
Rotundo/Ferrandino
Le Marchand d'idées, tome 1
Philippe Berthet, Cossuin4. Cartonné.
Le Marchand d'idées, tome 2
Philippe Berthet, Cossu
Le Marchand d'idées, tome 3
Philippe Berthet, CossuÉDITIONS GLÉNAT EO/10/1985 AUTEURS: PHILIPPE BERTHET et COSSU
Le marchand d'idées, tome 4
Berthet, Cossu
Les septs nains
Marvano
Un Monde en Sursis
Alex Ross, Jim Krueger, John Paul Leon
Démons et Merveilles
Alex Ross, Jim Krueger, John Paul Leon
La fin d'un monde
Alex Ross, Jim Krueger, John Paul Leon
La Force du Destin
Alex Ross, Jim Krueger, John Paul Leon
Extinction
Ed Brubaker, Greg Rucka, Michael Lark, Alex Nikolavitch (Traduction)Gotham central
Pris pour cible
Ed Brubaker, Greg Rucka, Michael Lark, CollectifPremier album consacré à la série Gotham Central dont les protagonistes sont des agents de police de Gotham City.
Tome 2
Greg Rucka, Ed Brubaker, Michael Lark, Brian Hurtt
Affaire non classée
Ed Brubakar, Greg Rucka, Michael Lark, Greg Scott, Collectif
Gotham Central : Extinction
Greg Rucka, Michael LarkGOTHAM CENTRAL extinction
Hérauts
CollectifPARADISE Tome 1 : Hérauts
Le prix de la liberté
CollectifPARADISE : Tome 2 : Le prix de la liberté
Asgard au paradis
CollectifPARADISE Tome 3 : ASGARD au paradis
Condamnés à vivre
Jim Krueger, Doug Braithwaite, Steve Sadowski
Paradis perdu
Jim Krueger, Alex Ross, Dougie Braithwaite, Thomas Yeates, Collectif
La dernière chance
Jim Krueger, Dougie Braithwaite, Alex Ross
Le poids du passé
Im Krueger, Alex RossATTENTION CONTACTER MOI AVANT D'ACHETER SE LOT CAR IL SE PEUT QU'IL SOIT VENDU MERCI///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////Lot De 6 Bd Universe Collection 100% Marvel Du N° 1 Au N° 6 Tres Bon Etat///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////COUVERTURE AVANT / TBE COUVERTURE ARRIERE / TBE TRANCHE / TBE PAGES / TBE VOIR PHOTO OU CONTACTER MOI POUR PLUS DE RENSEIGNEMENT PLUS DE 2500 BD COMICS ET PLUS DE 230 LOTS POUR Retrouver d'autre LOT OU BD A L'UNITE POUR COMPLETER VOTRE LOT ALLEZ DANS Ma boutique Inscrivez votre recherche dans la case // Mot clé : le TITRE ET numero de la bd rechercher OU DE LA SERIE RECHERCHER
Danse avec la mort
Jim Krueger, Alex Ross
Grandeur et décadence
Jim Krueger, Nelson Alexander Ross, Dougie BraithwaiteLot Intégrale Universe X (T 1 À 6) Très Bon État COUVERTURE AVANT / TBE COUVERTURE ARRIERE / TBE TRANCHE / TBE PAGES / TBE CONTACTER MOI POUR PLUS DE RENSEIGNEMENT PLUS DE 2500 BD COMICS EN VENTE et 250 lots de comics VOIR LA PHOTO
Le secret des pyramides
Collectif
La vie après la mort
Nelson Alexander Ross
Demain l'apocalypse
Jim Krueger
La tour du savoir
Isabelle Dethan
Cité-Morgane
Isabelle Dethan
Lune noire
Isabelle Dethan
La Hache et le fusil, tome 1
Jean-Claude Servais
La Hache et le fusil, tome 2
Jean-Claude Servais
Les seins de café, tome 1
Jean-Claude Servais
Les seins de café, tome 2
Jean-Claude Servais
La Belle coquetière, tome 1
Jean-Claude Servais
La Belle coquetière, tome 2
Jean-Claude Servais
Pierre de Saint-Fiacre
François Dimberton, Dominique Hé
Ariane
François Dimberton, Dominique Hé
Opium
François Dimberton, Dominique Hé
Jambon et Tartine
Sfar/Munuera
Merlin contre le Père Noël
Sfar/MunueraLorsqu'il était petit, Merlin avait deux copains : Jambon, un cochon qui parlait, et Tartine, un ogre qui se nourrissait de grandes tartines de petits enfants. Un 24 décembre au soir, les amis, jamais en retard d'une bêtise, tendent des pièges à loup autour de la cheminée. Les lascars avaient décidé de voir le père Noël et ils ne voulaient pas le rater...

Merlin l'Enchanteur n'a pas toujours été le sage magicien que l'on connaît. Dans Merlin contre le père Noël, deuxième épisode de ses frasques enfantines, le chemin de Merlin le galopin croise celui du père Noël. Si l'on en croit les salades narrées avec une gouaille ravageuse par Sfar, si l'on se fie aux dessins pleins de punch de Munuera, pour une rencontre, ce fut une rencontre ! Et pour cause ! Figurez-vous que le père Noël n'a pas toujours été le pépère débonnaire, un poil enveloppé que l'on connaît. À l'époque, le bonhomme n'avait pas besoin de rentrer le ventre pour se glisser dans les cheminées et... etc.

Avertissement : le lecteur de tout âge n'est pas tenu de prendre au pied de la lettre toutes les facéties imaginées par les auteurs de cet album tendre et joyeux. —Catherine Romat
Merlin va à la plage
Joann Sfar, José Luis MunueraIl est comme ça, le petit Merlin. Il part à la pêche aux écrevisses avec ses copains Jambon (le cochon savant) et Tartine (l'ogre au coeur d'or), et il en profite au passage pour changer le cours de l'Histoire. Là, par exemple, il flanque une bonne dérouillée à Guillaume le Conquérant, parti pour s'emparer sans vergogne aucune de la prude (et pluvieuse) Albion. Et pourtant, le Guillaume en question avait une arme secrète : toute une armada de poètes français qu'il s'apprêtait à lâcher "afin qu'ils infligent aux Anglais une prose soporifique"... Sans compter sa réserve de coiffeurs, de moniteurs d'éducation physique et d'agriculteurs en colère. Mais le petit Merlin aura tôt fait de remettre les pendules à l'heure (celle du thé, forcément). Cet épisode méconnu des relations franco-britanniques ne figure ni dans la tapisserie de Bayeux ni dans les manuels scolaires, mais ce n'est pas une raison pour bouder son plaisir. Parce que Sfar et Munuera, c'est tout de même plus drôle que Lagarde et Michard... —Gilbert Jacques
Le Roman de la mère de Renart
Sfar /MunueraPauvre loup ! Le voilà prisonnier, la queue prise dans la glace gelée. Et qui a fait le coup ? Ce sacripant de Renart, évidemment. Heureusement, le petit Merlin et ses copains – l'ogre Tartine et le cochon Jambon – s'arrangent pour le délivrer. Comment ? Eh bien, en faisant pipi sur la glace pour la faire fondre, tout simplement. Et après, ils décident d'aller rendre visite à Renart, histoire de lui apprendre la politesse. Seulement voilà : ils ne trouvent que sa vieille maman. Enfin, c'est ce qu'ils imaginent. Parce qu'en réalité, c'est ce gredin de Renart qui s'est déguisé. Mais les méchants sont toujours punis, c'est bien connu. Et c'est la maman de compère loup – la vraie, cette fois – qui s'apprête à faire passer un mauvais quart d'heure à ce vaurien de Renart. Lequel décide d'aller trouver illico le scénariste de cette histoire afin de lui expliquer qu'il n'a pas le droit de trucider quelqu'un comme lui, puisqu'il appartient au patrimoine littéraire... Bref, là, tout devient très compliqué. À tel point que Renart réussit à embobiner ce pauvre scénariste et à lui suggérer une idée pour le tirer d'affaire...

Quand Joann Sfar s'empare du Roman de Renart, il donne un bon coup de balai à l'un des plus fameux mythes de notre littérature. Mais attention : avec respect, humour et fantaisie. Son Merlin à lui est toujours aussi sale môme, et ses aventures naviguent entre la loufoquerie débridée et la remise à plat inattendue des grands figures de la culture occidentale. Au passage, il gratifie le lecteur de considérations sur le déterminisme et la liberté individuelle. Grave question : un auteur a-t-il le droit de prendre des libertés avec des personnages taillés dans le roc de la tradition littéraire ? Réponse : s'il affiche le même talent et la même imagination que Sfar, alors là, aucune hésitation ! Quant à Munuera, son graphisme est toujours aussi enthousiaste et énergique. Et convient parfaitement aux aventures délirantes de Merlin et de ses copains. Voilà une série pour la jeunesse qui enchantera les plus jeunes et ravira leurs aînés, trop contents de se délecter des subtilités scénaristiques concoctées par l'infatigable Sfar. —Gilbert Jacques
Meteors, Tome 1 : Le règne digital
Fred Duval, Philippe Ogaki
Meteors, Tome 2 : Les Néoquantides
Fred Duval, Philippe Ogaki
Meteors, Tome 3 : La Faille de Karpov
Fred Duval, Philippe Ogaki
La catastrophe
LeoAldébaran, quelque part dans l'espace et dans le futur... Une planète accueillante où s'est installée, en 2079, la première colonie terrienne envoyée au-delà du système solaire. C'était il y a plus de cent ans, déjà. Depuis, les liaisons radio sont coupées. Alors, peu à peu, la vie s'est organisée. Un jour, d'étranges phénomènes surviennent : des créatures marines aux formes curieuses apparaissent. L'eau devient solide. La mantrisse, cette chose douée de raison et d'intelligence, commence à faire parler d'elle… Plonger dans la lecture d'Aldébaran est une expérience envoûtante. Le dessinateur Moebius, qui signe la préface, décrit d'ailleurs les lecteurs de la série comme "une des sectes les plus sympathiques et inoffensives qui soient". Le charme est d'autant plus redoutable qu'il agit lentement, tel un anesthésiant. Et le dessin de Léo est étonnant : ici, pas d'esbroufe ni d'effets de style. Nulle trace de cette surenchère graphique si fréquente dans les récits de science-fiction. Juste un trait réaliste et sobre qui donne parfois l'impression que tout se passe aujourd'hui, près de nous… —Philippe Actère
La Blonde
LeoAldébaran, quelque part dans l'espace et dans le futur... Une planète accueillante où s'est installée, en 2079, la première colonie terrienne envoyée au-delà du système solaire. C'était il y a plus de cent ans, déjà. Depuis, les liaisons radio sont coupées. Alors, peu à peu, la vie s'est organisée. Un jour, d'étranges phénomènes surviennent : des créatures marines aux formes curieuses apparaissent. L'eau devient solide. La mantrisse, cette chose douée de raison et d'intelligence, commence à faire parler d'elle… Plonger dans la lecture d'Aldébaran est une expérience envoûtante. Le dessinateur Moebius, qui signe la préface, décrit d'ailleurs les lecteurs de la série comme "une des sectes les plus sympathiques et inoffensives qui soient". Le charme est d'autant plus redoutable qu'il agit lentement, tel un anesthésiant. Et le dessin de Léo est étonnant : ici, pas d'esbroufe ni d'effets de style. Nulle trace de cette surenchère graphique si fréquente dans les récits de science-fiction. Juste un trait réaliste et sobre qui donne parfois l'impression que tout se passe aujourd'hui, près de nous… —Philippe Actère
La Photo
LeoAldébaran, quelque part dans l'espace et dans le futur... Une planète accueillante où s'est installée, en 2079, la première colonie terrienne envoyée au-delà du système solaire. C'était il y a plus de cent ans, déjà. Depuis, les liaisons radio sont coupées. Alors, peu à peu, la vie s'est organisée. Un jour, d'étranges phénomènes surviennent : des créatures marines aux formes curieuses apparaissent. L'eau devient solide. La mantrisse, cette chose douée de raison et d'intelligence, commence à faire parler d'elle… Plonger dans la lecture d'Aldébaran est une expérience envoûtante. Le dessinateur Moebius, qui signe la préface, décrit d'ailleurs les lecteurs de la série comme "une des sectes les plus sympathiques et inoffensives qui soient". Le charme est d'autant plus redoutable qu'il agit lentement, tel un anesthésiant. Et le dessin de Léo est étonnant : ici, pas d'esbroufe ni d'effets de style. Nulle trace de cette surenchère graphique si fréquente dans les récits de science-fiction. Juste un trait réaliste et sobre qui donne parfois l'impression que tout se passe aujourd'hui, près de nous… —Philippe Actère
Le Groupe
LeoAldébaran, quelque part dans l'espace et dans le futur... Une planète accueillante où s'est installée, en 2079, la première colonie terrienne envoyée au-delà du système solaire. C'était il y a plus de cent ans, déjà. Depuis, les liaisons radio sont coupées. Alors, peu à peu, la vie s'est organisée. Un jour, d'étranges phénomènes surviennent : des créatures marines aux formes curieuses apparaissent. L'eau devient solide. La mantrisse, cette chose douée de raison et d'intelligence, commence à faire parler d'elle… Plonger dans la lecture d'Aldébaran est une expérience envoûtante. Le dessinateur Moebius, qui signe la préface, décrit d'ailleurs les lecteurs de la série comme "une des sectes les plus sympathiques et inoffensives qui soient". Le charme est d'autant plus redoutable qu'il agit lentement, tel un anesthésiant. Et le dessin de Léo est étonnant : ici, pas d'esbroufe ni d'effets de style. Nulle trace de cette surenchère graphique si fréquente dans les récits de science-fiction. Juste un trait réaliste et sobre qui donne parfois l'impression que tout se passe aujourd'hui, près de nous… —Philippe Actère
La Créature
LéoAldébaran, quelque part dans l'espace et dans le futur... Une planète accueillante où s'est installée, en 2079, la première colonie terrienne envoyée au-delà du système solaire. C'était il y a plus de cent ans, déjà. Depuis, les liaisons radio sont coupées. Alors, peu à peu, la vie s'est organisée. Un jour, d'étranges phénomènes surviennent : des créatures marines aux formes curieuses apparaissent. L'eau devient solide. La mantrisse, cette chose douée de raison et d'intelligence, commence à faire parler d'elle… Plonger dans la lecture d'Aldébaran est une expérience envoûtante. Le dessinateur Moebius, qui signe la préface, décrit d'ailleurs les lecteurs de la série comme "une des sectes les plus sympathiques et inoffensives qui soient". Le charme est d'autant plus redoutable qu'il agit lentement, tel un anesthésiant. Et le dessin de Léo est étonnant : ici, pas d'esbroufe ni d'effets de style. Nulle trace de cette surenchère graphique si fréquente dans les récits de science-fiction. Juste un trait réaliste et sobre qui donne parfois l'impression que tout se passe aujourd'hui, près de nous… —Philippe Actère
Episode 1
Léo
Episode 2
Léo
Episode 3
Léo
Episode 4
Léo
Episode 5
Léo
La Planète
Leo
Les survivants
LeoAprès avoir transporté – dans tous les sens du terme… – ses lecteurs sur Aldébaran, Léo les embarque cette fois pour Bételgeuse. Un drôle de monde, là aussi. Partagé entre un désert aride et des canyons aussi vertigineux que verdoyants. Cette fois encore, toute communication avec la Terre est devenue impossible. Kim, la jeune héroïne de la saga d'Aldébaran, a été choisie pour prendre la tête d'une expédition. Elle fera connaissance avec la faune étonnante de Bételgeuse. Comme ces curieux iums, à mi-chemin entre l'ours en peluche et le panda, au regard bonhomme et à l'agilité étonnante. Mais elle découvrira aussi les terriens survivants, opposés entre deux groupes antagonistes dont l'un semble animé d'intentions franchement autoritaires…

Décidément, Léo n'en finit pas de nous enchanter. Comme dans Aldébaran, il ne cesse d'imaginer des mondes où le merveilleux peut surgir à chaque coin de page. Mais il n'est pas naïf pour autant. Lui qui fût contraint de quitter le Brésil, à cause de la dictature militaire, n'oublie pas de nous rappeler que tout pouvoir risque de se laisser gagner par la tentation totalitaire… —Philippe Actère
L'Expédition
LeoMais qui sont donc les "Iums" ? Ces drôles de créatures aux allures de pandas peuplent la planète Bételgeuse. Elles n'en finissent pas de susciter l'interrogation. Elles seraient, dit-on, dotées d'une intelligence exceptionnelle. Et cette étrange pile énergétique installée dans une cavité ventrale ne cesse d'intriguer : elle leur permet de survivre sans qu'il leur soit besoin de manger. Étrange… C'est pour mieux les connaître qu'une petite troupe menée par Kim décide de partir sur leurs traces. L'expédition offrira quelques surprises, à commencer par l'antre des Iums. Mais Kim n'est pas au bout de ses découvertes : la fameuse Mantrisse, créature découverte dans le cycle d'Aldébaran, refait surface. Décidément, il se passe de drôles de phénomènes sur cette planète 

Troisième volet d'une série qui en comportera cinq, L'Expédition plonge le lecteur au cœur de cette terre d'imagination qu'est Bételgeuse. Avec le cycle d'Aldébaran, décliné lui aussi en cinq albums fascinants, Leo avait réussi à créer un univers envoûtant, peuplé de personnages attachants. Parmi lesquels figure Kim, jeune adolescente qui affirme peu à peu sa personnalité et prend, malgré son jeune âge, l'ascendant sur son entourage. Cette fois, il met en scène la planète Bételgeuse sur laquelle deux conceptions du pouvoir et de la société sont en conflit. Cette terre, partagée entre le désert et une végétation luxuriante, devient ainsi le théâtre d'un affrontement idéologique qui fait écho à d'autres déchirements que l'on rencontre trop souvent sur notre bonne vieille Terre. Surtout, ne pas se laisser abuser par les fabuleuses créatures animales inventées par Leo, ni par l'apparence d'harmonie qui se dégage de la planète Bételgeuse : derrière ce décor idyllique se dissimulent des enjeux et des conflits d'intérêts autrement moins bucoliques… Kim, elle, poursuit son initiation. Confrontée à ses tiraillements sentimentaux, elle doit aussi assumer les transformations qui affectent son métabolisme. Depuis qu'elle a absorbé les pilules bleues "distribuées" par la Mantrisse dans le dernier volume d'Aldébaran, son corps fait preuve d'une étonnante résistance aux agressions extérieures… Avec Aldébaran puis Bételgeuse, Leo se révèle comme l'un des créateurs les plus inspirés du moment. Et démontre qu'une saga d'anticipation n'a pas besoin de se laisser aller à une surenchère graphique pour se révéler diablement efficace… —Philippe Actère
Les Cavernes
Leo
L'Autre
Leo
Episode 1
Leo, Rodolphe, Marchal
Episode 2
Leo, Rodolphe, Marchal
Adrenaline
Navarro Antonio
Usine génétique
Navarro Antonio
Tome 1
Arleston, Didier Tarquin, Tarquin
Lanfeust de Troy, tome 1 : L'ivoire du Magohamoth
La caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôles, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi de la psychologie. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre-temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volaille, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'héroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, vu la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Lanfeust de Troy, tome 2 : Thanos l'incongru
La caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôles, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi de la psychologie. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre-temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volaille, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'héroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, vu la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Lanfeust de Troy, tome 3 : Castel Or-Azur
La caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôles, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi de la psychologie. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre-temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volaille, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'héroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, vu la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Lanfeust de Troy, tome 4 : Paladin d'Eckmul
La caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôles, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi de la psychologie. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre-temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volaille, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'héroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, vu la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Lanfeust de Troy, tome 5 : Frisson de l'Haruspice
La caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôles, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi de la psychologie. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre-temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volaille, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'héroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, vu la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Lanfeust de Troy, tome 6 : Cixi impératrice
La caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôles, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi de la psychologie. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre-temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volaille, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'héroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, vu la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Lanfeust de Troy, tome 7 : Les Pétaures se cachent pour mourir
La caractéristique du monde de Troy est de donner à chaque être un pouvoir magique, quel qu'il soit, grand ou petit, parfois quelque peu incongru. Dans un fonctionnement proche du jeu de rôles, les personnages se meuvent en fonction de ce pouvoir et font avancer l'action avec un sens très réussi de la psychologie. Lanfeust le puceau est flanqué de deux créatures pulpeuses. L'une guérit les plaies à la tombée du jour, elle est sa promise ; l'autre transforme en glace tout ce qu'elle veut, si elle le veut. Elle glace surtout Lanfeust avec son tempérament de feu. Entre les deux, l'ingénu balance et la fin du cycle le verra accéder à la quête suprême, si elle n'est ultime : la découverte de l'amour.

Entre-temps, le lecteur aura découvert Hébus, un Troll fort en gueule et fort tout court qui vous transforme une armée en pilons de volaille, ponctuant de jurons bruxellois un carnage perpétré avec une joie carnassière ; Thanos, le double maléfique de Lanfeust susceptible lui-même d'accéder au pouvoir absolu et capable, car tel est son pouvoir, d'aller à volonté d'un point à l'autre de l'univers connu ; le brave chevalier Or-Azur dont le bon sang ne ment pas ; Maître Nicolède enfin, un sage débonnaire, accessoirement père des deux soupirantes du héros-titre...

Finalement, avec ses personnages familiers très bien typés, il y a du Astérix dans cette saga d'héroïc-fantasy unique et drôle. Il n'est pas impossible que, vu la tournure que prend la série, Lanfeust prenne la place du Gaulois auprès des générations de demain. —Didier Pasamonik
Lanfeust des étoiles, tome 1 : un,deux ... troy
Lanfeust des étoiles, tome 2 : Les Tours de Meirrion
Histoires trolles
Le scalp du vénérable
Comme un vol de pétaures
Le Feu occulte
Trolls dans la brume
S. Arleston, J.-L. Mourier
Tome 1
Griffo+Dufaux
Tome 2
Jean Dufaux, Griffo
Prélude à l'apeupréhistoire
Chroniques de l'apeupréhistoire
Herlé, Roger Widenlocher
Du Rififi chez les sauriens
Herlé, Roger Widenlocher
Humo sapiens
Herlé, Roger Widenlocher
Commando reptile saurien
Herlé, Roger Widenlocher
Paleolithic sinfonia
Herlé, Roger Widenlocher
Panique à Diplodocus Land
Widenlocher/Herle
Ramdam sur le rift
Herle/Widenlocher
Apeuprehistoric Games
Widenlocher, Herlé
L'odyssée de l'espace
Herlé
Étoile du matin
Jean-Pierre Pecau, Sébastien Damour
à l'est d'Eden
Pecau+Damour
La reine des anges
Pecau+Damour
La fraternité blanche
Jean-Pierre Pecau, Sébastien Damour
Le petit peuple
Jean-Pierre Pecau, Sébastien Damour
Dreamland
New York. 2047. Ancien sergent des forces d'élites de l'armée américaine dans un futur si loin si proche, Nash Tulsa s'est reconverti dans le métier de chasseur de primes. Le premier album de la série, L'Étoile du matin, nous l'a présenté à la recherche d'une proie pas comme les autres : sa propre fille, Audrey, qui vient d'être kidnappée – une enfant génétiquement modifiée qui forme avec ses sœurs les "Lilith", de dangereuses petites filles manipulant à volonté les hommes et dont le frère Caïn a pour objectif de détruire la race humaine pour dominer la Terre entière. Dans un monde ultra-technologique où les manipulations génétiques, à l'instar des factions terroristes, sont légion, et les malversations au sein du gouvernement (et notamment des Forces spéciales) innombrables, Nash a pu compter au fil des albums précédents sur l'aide de son ami Nasty, du policier Kovak et d'Ethel, son ex-femme et mère d'Audrey. Il a rencontré chemin faisant une cohorte de créatures extraordinaires : Bio-luddites, Anges, Barbies, Phases II, sœurs Batuta, et autres Dollies, ; mais c'est surtout sur lui seul qu'il doit compter pour sauver l'espèce humaine. Entre Terre et espace, îles de la Lune et Mars, la quête de Nash se poursuit dans le tome VI avec à l'horizon les retrouvailles avec sa fille – alors qu'il sait maintenant que l'armée l'a jadis conditionné pour élever cet enfant non naturel, résultat d'études militaires et scientifiques hautement élaborées.

Disparue de la base militaire où elle était gardée six mois plus tôt, Audrey, la reine des Ménades (femmes-centaures) a trouvé refuge au cœur de Dreamland, une jungle impénétrable en dehors des lois, construite sur "une décharge chimique illégale". Plusieurs vagues de commandos militaires se sont déjà succédé afin de retrouver Audrey, mais à chaque fois ils ont été éliminés par les féroces Ménades ne faisant aucun quartier. Devant ce carnage, les autorités militaires décident d'utiliser Nash, lui-même à la recherche de sa fille et poussant toujours plus loin ses expéditions dans la forêt : le non-humain Face, gavé de drogues protectrices, sera un "cheval de Troie" idéal qui accompagnera Tulsa, "la légende des bio-chasseurs" au bout de son périple et l'éliminera enfin en même temps que sa fille, détruisant grâce à un virus mortel les redoutables Ménades, gardiennes du lieu… La description de Mesquitos, la ville sise à la périphérie de Dreamland, évoque une jungle urbaine qui a peu à envier à la jungle végétale qui la borde : dans les deux cas, Pecau souligne la dimension inextricable et irréversible d'un devenir laissé aux mains d'une junte militaire sanguinaire. Le pays du rêve semble bien mal nommé, lui qui abrite sorcières, "Dollies" et autres créatures traquées en quête d'un Eldorado sur une Terre ravagée. Une fois de plus, le dessin minutieux de Damour fait mouche, avec un travail hachuré sans faille sur les physionomies que rehausse la colorisation des experts maison Schelle & Rosa.

BD de science-fiction où l'action ne cesse jamais, Nash continue de nous présenter le portrait déjanté d'un déclassé perdu au milieu de conflits biogénétiques, politiques et humains qui le dépassent d'emblée mais qui lui permettent ensuite de prendre la mesure de son passé et des institutions dont il a été victime. On n'est pas prêt de s'en lasser. —Frédéric Grolleau
Les Ombres
Jean-Pierre Pécau
La guerre des rouges
Zona Libra
Damour, Jean-Pierre Pécau
La 5e extinction
Jean-Pierre Pécau, Damour, Fabrys
L'Etoile endormie
Jean-Claude Forest, Paul GillonCet homme a dormi pendant mille ans. Il s'appelle Christopher. À la fin du vingtième siècle, alors que l'humanité était menacée par le grand fléau, il a été plongé dans un sommeil artificiel et envoyé dans le cosmos afin de sauvegarder l'espèce. Un jour de 2 990, le voilà qui s'éveille. Pour constater que le fléau est toujours là et que les derniers terriens s'apprêtent à quitter la planète. Mais lui refuse de partir. Tout ce qui lui importe, c'est de retrouver celle qui l'accompagnait dans son sommeil intersidéral, égarée quelque part dans le silence du système solaire... Ces naufragés du temps dérivent tout droit de l'imagination de deux maîtres de la bande dessinée. Le scénario est signé Forest, celui qui fit scandale dans les années soixante avec son héroïne Barbarella. Avec Gillon, dessinateur au trait élégant et limpide, il met en scène un imaginaire futuriste où l'inquiétude face à l'avenir est tempérée par le charme et la poésie. Une série inventive à l'écriture superbe. —Gilbert Jacques
La Mort sinueuse
Gillon, Forest
Labyrinthes
L'Univers cannibale
Tendre chimère
Paul Gillon
Les Maîtres rêveurs
59 pages de bandes dessinées en couleurs.
Le sceau de Beselek
Ortho-mentas
Gillon, Forest54 pages de bandes dessinées en couleurs.
Terra
Paul Gillon
Le Cryptomère
Neêkibo
Dieter, Michel Plessix
Eauxfolles
Turf47pages. 31x22,6x1cm. Cartonné.
Diablotin à domicile
BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Catastrophe naturelle
BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Calamité à plein temps
Christophe BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Le démon de midi
Christophe BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Super casse-pieds
Christophe BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Crapule King size
Christophe BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Tête à Claques
Christophe BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Né pour nuire
Christophe BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Fainéant génétique
Christophe BertschyQuand NELSON débarque chez vous... c'est l'ENFER ! Nelson, c'est l'insupportable diablotin qui vient s'incruster dans la vie de Julie, une jeune et jolie célibataire, et de Floyd, un labrador engourdi. Mais attention, personne n'est à l'abri de cette malédiction orange! Nelson a largement assez de défauts pour dynamiter le quotidien de tous les infortunés qui croisent son chemin.
Cyclone destroy
BertschyNelson, l'insupportable diablotin orange, revient dans ce nouvel album plus en forme et plus imaginatif que jamais! On pourrait croire qu'empoisonner la vie de tous ceux qu'il croise finirait par le lasser, mais non! C'est pour lui un talent naturel, voire une vocation! Faire le bien? Aider aux tâches quotidiennes? Ça lui donne des cauchemars! Nelson reste donc fidèle à lui-même : une calamité ambulante et débordante d'imagination lorsqu'il s'agit de rendre la vie impossible à Julie, sa jeune et jolie maîtresse, et à Floyd, labrador sentimental un peu empoté...
Fléau sans frontière
BertschyProduit neuf sous blister. Vendeur professionnel, expédition garantie sous 24h à 48h ouvrables en Colissimo suivi !
Ombre au tableau
Jean-Claude Denis
Opération Minuit à Rhodes
Eric Boisset, Joseph Béhé
Nocturnes
La Stratégie du Diable
MAGNUSsérie BD Les partisans Fantastique - Une série formidable, un graphisme terrible ! Mélange de médiéval type asiatique et de voyage dans l'espace...en N&B pour le plus grand plaisir, merci très regretté MAGNUS !
Le Mont des Deux Dragons
Au nom de la Loi
Magnus
Le Virus du pouvoir
Behe, Toff
Un scalpel dans la mémoire
Résistances
Behe, Toff
Autopsie d'un mensonge
Le Pélican
Jean-Claude Denis
Joe's Air Force
Pepe Moreno
Zeppelin
Pepe Moreno
Griffin Dark
Crisse
Londres
Régis LoiselPar une nuit d'hiver, assis sur de vilaines planches en bois à l'extérieur d'une maison, un petit garçon est plongé dans la lecture d'un livre de mythologie grecque. Il s'appelle Peter. Nous sommes à Londres, en 1887. Il fait un froid glacial. Soudain, un trait de lumière jaune vient terminer sa course sous son capuchon. Peter croit avoir capturé une étoile filante. En vérité, il s'agit d'une minuscule créature vivante. Une fée… Ravissante, coquette et terriblement susceptible. Et quand cette fée jette une poignée de poussière dans les yeux du petit garçon, celui-ci se met à voler dans les airs, par-dessus les toits londoniens couverts de neige…

Le lecteur l'aura compris : ce petit garçon n'est autre qu'un certain Peter Pan, figure légendaire de l'imaginaire occidental, apparu dans le roman de James Matthew Barrie et adapté très librement en dessin animé par Walt Disney. Le dessinateur Régis Loisel, coauteur de la série à succès La Quête de l'oiseau du temps, s'est à son tour emparé du mythe pour le transcrire en une bande dessinée dont le premier volet est paru en 1990. Une œuvre qui s'est très vite imposée comme l'une des plus belles réussites de la BD contemporaine. Tout en rendant hommage à la beauté de l'adaptation signée Disney, le dessinateur a opté pour une vision sombre et parfois cruelle de l'œuvre de James Matthew Barrie. Servi par un dessin foisonnant au coup de crayon énergique, son Peter Pan charrie des images fortes et tourmentées, des instantanés de sang et de violence brute qui voisinent heureusement avec des scènes d'humour et de poésie bucolique. Le récit démarre dans les ruelles sordides des quartiers miséreux du Londres victorien, loin, bien loin des maisons confortables chères à Disney. Peter est un gamin rejeté par sa mère. Un enfant des rues qui fait oublier leurs malheurs à ses copains d'infortune en leur racontant avec talent des histoires à rêver debout. De quoi leur faire croire que la vie n'est peut-être pas si moche que ça... Le soir venu, il trouve écoute et réconfort auprès de mister Kundal, homme bon et instruit qui lui offre à manger. Et qui lui apporte aussi les nourritures spirituelles indispensables à son développement intellectuel en l'initiant aux mystères de la mythologie grecque. Au passage, il lui parle de son père – une scène qui prendra toute sa force dans Crochet, le cinquième et avant-dernier volume de la série… Entrer dans le Peter Pan de Régis Loisel, c'est s'embarquer pour une odyssée fascinante à travers les méandres de l'imaginaire. Après tout, comme le dit si bien Peter, il suffit d'y croire… —Gilbert Jacques
Opikanoba
Régis Loisel
Tempête
Régis Loisel
Mains rouges
Régis LoiselMais si ! Peter Pan a existé ! À Poulbot de White Chapell, le quartier de Londres le plus populeux en cette année 1887, il survit vaille que vaille dans un monde d'adultes corrompus par la misère. Un soir d'hiver, la fée Clochette vient l'arracher à sa mère ivrogne et aux appétits glauques des clochards privés d'amour. Peter Pan découvre alors le monde féerique imaginé par sir James James Barrie. Enfin, féerique, pas tant que ça. On y meurt aussi...

Revisiter un mythe, le parer des couleurs de la réalité sans en faire fondre la magie n'est pas à la portée de n'importe qui. Normal que ce défi ait inspiré Régis Loisel, dessinateur surdoué de La Quête de l'oiseau du temps et du très érotique Troubles fêtes. Indiscrétion : Régis Loisel a situé l'action du premier tome dans un Londres enneigé... par ce qu'il déteste dessiner les pieds ! —Jean-Pierre Fuéri
Crochet
Régis Loisel, James Matthew BarrieC'est l'événement BD de l'année 2002 : le cinquième volet de la saga de Peter Pan. Avant-dernier de la série, Crochet voit s'affronter Peter et l'affreux capitaine manchot. Celui-ci est bien décidé à se débarrasser de ce gamin insolent. Justement, l'un de ses marins vient de lui bricoler un superbe crochet serti de diamants étincelants... De quoi savourer une vengeance remâchée depuis belle lurette. Seulement voilà : Crochet n'a pas que Peter pour ennemi. Un certain crocodile reconnaissable à son bruit de réveil lancinant s'attache à ses pas et le poursuit jusque dans ses rêves. Tic-tac, tic-tac… Pauvre Crochet ! Lui qui fait trembler d'effroi ses meilleurs marins se laisse glacer par une terreur insurmontable dès que le crocodile pointe ses dents et ses yeux globuleux. Le second du navire, Mouche, décide alors d'inventer un leurre à l'effigie de son capitaine. Mais le cruel croco n'est pas du genre à lâcher prise facilement… Peter, de son côté, s'offre un petit voyage à Londres chez son cher Mr Kundal. Bien mal en point, le vieux bonhomme lui remet un trésor original : une lettre cachetée. À l'intérieur, une photographie de femme…

Avec ce cinquième tome, Loisel revient en grande forme. Son trait fouillé et généreux n'a rien perdu de son dynamisme. Et son imagination reste à la hauteur des précédents volumes. L'affrontement entre Peter et l'ignoble Crochet prend ici une tournure inattendue grâce à un rebondissement final proprement sidérant… Décidément, Loisel a su s'approprier avec talent et originalité l'œuvre de James Matthew Barrie sans jamais lasser le lecteur. L'attente du sixième et dernier volume risque de paraître bien longue… —Gilbert Jacques
L'Envers du décor
Régis Loisel
Petit précis de cuisine elfique
Laurence Germain
Dis bonjour à la dame !
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
Tu veux mon doigt ?
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
Mais qu'est-ce que tu fabriques ?
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
C'est pour ton bien !
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
Merci qui ?
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
N'oublie pas ta capuche !
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
Demande à ton père !
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
T'as qu'à t'retenir !
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
C'est pas de ton âge !
Avant de courir la parfaite aventure, Spirou était petit, et oui ! Déjà vif et débrouillard, le petit Spirou n'est jamais en reste lorsqu'il s'agit d'imaginer les pires bêtises. Enfin, lui ce qu'il veut, c'est seulement comprendre un peu mieux le monde des adultes et un peu les filles aussi... Alors forcément, les grands le trouvent un peu turbulent mais rappelez-vous quand vous étiez petit, vous aviez aussi envie de tout savoir. Et pour ça tous les moyens sont bons. Et puis ses bêtises, on les a déjà faites sauf peut être les vraiment très très grosses. Enfin, on aurait bien aimé les faire parfois.

Jamais à court de farces, petit Spirou parle toujours avec beaucoup de justesse des préoccupations et des interrogations des enfants, avec une bonne dose d'humour bien sûr. Commencées en 1987, ses frasques de jeunesse ont été lancées par Tome et Janry, le même duo qui sévit depuis 1981 autour du grand Spirou. Et selon la formule consacrée, un succès assuré pour tous les lecteurs de 7 à 77 ans ! —Nadia Picard
Tu comprendras quand tu s'ras grand !
Un air espiègle, un costume de groom... Vous le reconnaissez ? Oui, il s'agit bien de Spirou... mais du petit Spirou. Car le fameux personnage de BD immortalisé par le génial Franquin n'a pas toujours été un héros sans peur et sans reproche.

Avant d'être un grand de la bande dessinée, Spirou a été petit... Et c'est la longue liste de ses blagues en tout genre que nous narrent les auteurs, le scénariste Tome et son compère dessinateur Janry. Lesquels avaient d'abord, au début des années quatre-vingt, repris le flambeau des aventures de Spirou (le grand, cette fois). Et se sont ensuite dit, un jour de 1987, qu'il serait sûrement amusant d'inventer une jeunesse à ce pilier de la BD franco-belge... Une jeunesse tumultueuse, forcément. Le petit Spirou de Tome et Janry est plutôt du genre à lorgner sous les jupes des filles, à faire enrager ses professeurs et à s'interroger sur la vie des adultes. Cette fois, il se demande par exemple ce que cache le mystère des toilettes séparées... Il faut dire qu'avec son entourage, il a de quoi se poser des questions. Surtout quand l'on regarde son grand-père, Grand-papy Spirou, qui n'est jamais le dernier à rendre hommage aux charmes de la gent féminine...

Ici, le petit-fils goûte aux cours d'éducation sexuelle, emmène ses copines au cinoche et refile des dragées contre la digestion paresseuse aux grands de l'école qui tentent de le racketter... Bref, on est assez loin du modèle de vertu incarné par le grand Spirou. Et l'enfance décrite par Tome et Janry ne ressemble pas vraiment à celle que vivaient ses lecteurs des années cinquante et soixante... Moralité : y'a plus de jeunesse ! —Philippe Actère
Tu ne s'ras jamais grand !
Mort aux dents
Raoul Cauvin, Marc Hardy
Des os pilants
Raoul Cauvin, Marc Hardy
Côte à l'os
Raoul Cauvin, Marc Hardy
Cas d'os surprise
Raoul Cauvin, Marc Hardy
Pin-up 1
Yann
Pin-up 2
Yann
Pin-up 3
Pin-up 4
Pin-up 5
Yann
Pin-Up 6
L'Anguille
Chomet, Hubert Chevillard
Orlandus
Hubert Chevillard, Chomet
Malocchio
Chomet, Hubert Chevillard
Popol et Virginie chez les Lapinos
Hergé
Nuits sauvages
Franz
La griffe de bronze
Franz
La reine oubliée
Franz
Le tombeau Scythe
Franz
Le roi des singes
Franz
Le Chasseur
La lettre de l'inquisiteur
Pleine lune
Le journal de Maximilien
Elise
Yves Swolfs
Retour à Ruhenberg
Yves Swolfs
Nouvelles expériences
Jonathan HickmanProjets Manhattan - Nouvelles Expériences
PYRENEE
Régis Loisel, Sternis
L'intégrale, tomes 1-4
Letendre/Loisel
L'Ami Javin
Letendre/Loisel/LidwineDe l'héroïc fantasy pour ceux qui n'aiment pas l'héroïc fantasy. On y trouve des héros, mais ils sont bien vieux ou bien malhabiles au maniement de l'épée. D'ailleurs, les seuls véritables bretteurs de l'histoire finiront tous très mal. On y trouve aussi une très jolie fille, mais elle se révèlera n'être qu'une illusion. Pourtant, en apparence, les lois du genre sont respectées. Un chevalier, Bragon, part à la recherche de l'Oiseau du temps, seule créature capable d'empêcher Ramos le dieu maudit de quitter sa prison... Tout le talent de Le Tendre au scénario et de Loisel au dessin, est de respecter somptueusement l'imagerie du genre en en détournant le sens. Devant le succès de La Quête (4 volumes ou intégrale), les auteurs ont lancé une nouvelle série racontant la jeunesse des héros. Avec la promesse de retrouver un jour la belle Pelisse, évaporée à la fin du premier cycle. Lidwine (auteur du Dernier loup d'Oz chez Delcourt )a dessiné L'Ami Javin, premier tome du nouveau cycle. —Jean-Pierre Fuéri
Le livre préféré des dragons
Morvan+Buchet-P
L'Histoire de Dora Mars
Frank Giroud, Cyril Bonin, Giulio De Vita, Germaine Florent
Rapaces I
Aux temps ancestraux de L'Inquisition, un peuple d'immortels malfaisants décide de modifier le cours de son destin. De prédateurs assoiffés de sang, ils deviennent tyrans avides de pouvoir. Ils troquent du même coup l'ombre pour la lumière et viennent exercer leur puissance maléfique sur les simples mortels jusqu'au jour où le premier signe de dégénérescence apparaît. C'est le moment choisi par les Rapaces, couple de fauves sanguinaires, pour sortir de l'ombre...

On entre de plain-pied dans cet album flamboyant où la nuit et le sang se taillent la part du lion. On préférerait assister au combat de titans qui s'annonce depuis les coulisses mais, trop tard ! Le récit âpre, violent nous happe. À l'instar de l'inspectrice Niky Lénore, nous voilà entraînés dans un tourbillon sanguinolent, décoiffés par un souffle barbare, réduits en bouillie, anéantis. Une loi, une seule, gère cet univers fantastique : la loi du plus fort. —Romat
Rapaces II
Aux temps ancestraux de L'Inquisition, un peuple d'immortels malfaisants décide de modifier le cours de son destin. De prédateurs assoiffés de sang, ils deviennent tyrans avides de pouvoir. Ils troquent du même coup l'ombre pour la lumière et viennent exercer leur puissance maléfique sur les simples mortels jusqu'au jour où le premier signe de dégénérescence apparaît. C'est le moment choisi par les Rapaces, couple de fauves sanguinaires, pour sortir de l'ombre...

On entre de plain-pied dans cet album flamboyant où la nuit et le sang se taillent la part du lion. On préfèrerait assister au combat de titans qui s'annonce depuis les coulisses mais, trop tard ! Le récit âpre, violent nous happe. A l'instar de l'inspectrice Niky Lénore nous voilà entraînés dans un tourbillon sanguinolent, décoiffés par un souffle barbare, réduits en bouillie, anéantis. Une loi, une seule, gère cet univers fantastique: la loi du plus fort. —Romat
Rapaces III
Jean Dufaux, Enrico Marini
Rebel
Pépé Moreno
Rex
Le Puits aux morts
Dethan-I
Les Sept frères
Dethan-I
Griselda
Dethan-I
Ville Dragon
Thierry Robin
Masques
Thierry Robin
Zhan Zheng
Thierry Robin
Chute
Thierry Robin
Roxalane. 1
Galliano
Les quatre chevaliers de pierre
Pavlovic+Galliano
Alizarine la rouge
Pavlovic+Galliano
Les portes d'onyx
Pavlovic+Galliano
S.O.S. Bonheur 1
Jean Van Hamme, Griffo
S.O.S. bonheur 2
Jean Van Hamme, Griffo
S.O.S. bonheur 3
Jean Van Hamme, Griffotranche froissée et coins blanchis
Plus ne m'est rien...
Balac
Plus ne m'est rien...
Yslaire, Balac
Je sais que tu viendras...
Révolution, révolution...
Yslaire
Faut-il que nous mourions ensemble...
YslaireLe dernier romantique. C'est ainsi que ses fans appellent Yslaire, créateur de Sambre avec un mystérieux Balac, qui n'est autre que Yann, scénariste entre autres des Les Innommables et de Pin-up.

Paris en 1848. Alors que grondent les canons, Julie, les yeux rouges, poitrine nue, brave les soldats du haut d'une barricade. Tandis qu'elle devient le symbole de la révolte, Bernard Sambre fait face à un terrible dilemme. Accuser Julie qu'il aime à la folie du meurtre de sa mère ou reconnaître que celle-ci a été tuée par sa propre sœur. Ballottés, manipulés, Julie et Bernard se rencontreront une dernière fois sur le pavé d'une rue assiégée. Le temps de s'avouer leur amour. Puis la mitraille fera son choix dans la foule des poitrines tendues... Sambre est un volcan de sentiments qui embrasent l'âme.

Auparavant, Yslaire avait signé sous son vrai nom, Hislaire, Bidouille et Violett , tendre histoire d'amour entre deux ados. Il est également le père de XXe ciel.com, œuvre débutée sur le web en 1997 et publiée ensuite en albums. —Jean-Pierre Fuéri
Santa Claus, la légende du Père Noël
G. Ploog Michael
Sarajevo - Tango
Hermann
L'Appel
Laurent VicomteRésumé de la série : La nouvelle série de Vicomte. Un jeune homme traverse le temps, envoûté par le regard d'une femme.
Sea sex and sun
Gursel
Les fleurets
Frédéric Contremarche, Joël Mouclier
Ithycene
Contremarche+Mouclie
Le vol des dieux
G. (Giuseppe) Ferrandino, Massimo Rotundo
Les larmes de Judas
Ferrandino, Rotundo48pages. 30x23x1cm. Cartonné.
L'amojar
Frédéric Contremarche, Mathieu Lauffray
Portendick
Contremarche+le Roux
Les Barbares de Deïre
Frédéric Contremarche, Dieter
Le Désert d'Akaba
Dieter, Le Roux, Gonzalbo
Tichit
La Bouffe
Claude Serre
Fanchon
Servais
Le chant d'Anoroer
Fabrice David, Eric Bourgier
Drekkars
Eric Bourgier, Fabrice David
Coffret tomes 1 à 3
Pat Mills
Siegfried, tome 1
Alex Alice
Les cornes du crapaud
Patrick Cothias, Philippe Marcelébon état: dos usé sur le bas, éditions Glénat, 1987, 47 pages, format: 33 sur 25 cm
La peau du géant
Marcele Cothias
Sillage T16 - Liés par le sang
Jean-David Morvan
Sillage T18 - Psycholocauste
Sillage, hors série : Le Collectionneur
Jean David Morvan, Miroslav Dragan
A feu et à cendres
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Collection Privée
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Engrenages
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Le Signe des démons
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Tome 5
Philippe Buchet, Jean-David MorvanDe planète en planète, le convoi spatial de Sillage a su nous réserver des surprises de taille au fil des quatre premiers tomes. À chaque fois, le regard candide de Nävis, seule humaine perdue au milieu d'espèces toutes plus surprenantes les unes que les autres, a permis au lecteur de mesurer la particularité de l'esprit humain dans l'univers. Cette fois-ci, en consonance avec des événements de l'actualité, c'est la question du terrorisme et du laisser-aller gouvernemental des nations qui se trouve mis sur la sellette par le scénariste Morvan. Alors que Nävis assiste en effet à une exposition sur l'histoire de l'humanité préparée par ses amis, un terroriste suicidaire provoque chaos et confusion en mettant fin à ses jours. Issu de l'ethnie des Ftoross, ravagée par la misère et la maladie, son intention est d'attirer sur son peuple, parqué dans les "bidon-nefs", l'attention des sommités du convoi en s'en prenant à une autre espèce fragile : l'humanité représentée par la seule et fragile Trävis…

Miroir des faiblesses humaines qui ont causé la disparition de cette espèce autodestructrice, le grand conseil de la Constituante (l'assemblée nationale du Sillage) se perd en atermoiements fallacieux au lieu d'agir, ce qui n'est pas renvoyé aux dysfonctionnements de l'ONU aujourd'hui. Si les réactions de la jeune Nävis face à cette indifférence à peine masquée manquent de recul, elles ont le mérite de mettre chacun au pied du mur devant le problème cosmopolitique du terrorisme. Et la "terreur" de confondre dans un même abîme hommes, extraterrestres et autres mutants, riches et pauvres. La BD deviendrait-elle plus engagée ? plus militante ? Moins renfermée dans ses bulles en tout cas. —Frédéric Grolleau.
Artifices
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Q.H.I.
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Nature humaine
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Infiltrations
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Retour de flammes
Jean-David Morvan, Francis Buchet
Monde flottant
Jean-David Morvan, Philippe Buchet
Un ange trépasse
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Lettres à Satan
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Tu ne buteras point
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Dieu est mort ce soir
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Fureur chez les saints
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Confessions express
Philippe Tome, Bruno Gazzotti
Lève-toi et meurs
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Tuez en paix
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Et délivre-nous du mal
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Dieu seul le sait
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Prières et balistique
Philippe Tome, Bruno GazzottiSurtout, ne dites pas à sa mère que Soda est flic. La chère femme le croit pasteur... Et David Elliot Hanneth Solomon (son véritable patronyme) ne tient pas à voir sa vieille maman morte d'inquiétude chaque fois qu'il part en mission. Les rues de New-York sont si peu sûres... Alors, pour ne pas l'effrayer, il change de tenue dans l'ascenseur, planque son flingue dans les toilettes et ses revues pas très catholiques sous son oreiller. Dur métier. Surtout quand un tueur à gages est prêt à tout pour récupérer un billet de cent dollars tombé par hasard entre les mains d'un sans-abri.

Publiée dans l'hebdomadaire Spirou, la série Soda peut être lue avec plaisir par les adolescents comme par leurs parents. Les ingrédients : dialogues percutants, graphisme dynamique, humour de bon ton et réalisme de bon aloi. Sans oublier un zeste d'humanisme et de générosité, histoire de ne pas désespérer de l'Amérique... Philippe Tome est aussi le scénariste talentueux des aventures de Spirou et Fantasio. —Gilbert Jacques
Code Apocalypse
Philippe Tome, Bruno Gazzotti
4 aventures de Spirou... et Fantasio
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Il y a un sorcier à Champignac
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Les Chapeaux noirs
Spirou et les héritiers
Les Voleurs du Marsupilami
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
La Corne de rhinocéros
Le Dictateur et le champignon
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
La Mauvaise tête
Le Repaire de la murène
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Les Pirates du silence
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Le Gorille a bonne mine
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Le Nid des Marsupilamis
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Le voyageur du Mésozoïque
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Le Prisonnier du Bouddha
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Z comme Zorglub
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
L'Ombre du Z
Spirou et les hommes-bulles
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
QRN sur Bretzelburg
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Panade à Champignac
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Le Faiseur d'or
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Du glucose pour Noémie
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
L'Abbaye truquée
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Tora-Torapa
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Tembo tabou
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Le Gri-gri du Niokolo-Koba
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Du cidre pour les étoiles
L'Ankou
Kodo le tyran
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Des haricots partout
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
La Ceinture du grand froid
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
La Boîte noire
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Les Faiseurs de silence
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Virus
Tome et JanryNom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Aventure en Australie
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Qui arrêtera Cyanure?
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
L'Horloger de la comète
Nom : Spirou. Professions : groom au Moustic-Hôtel, puis coureur d'aventure. Age : né le 21 avril 1938 à Marcinelle (Belgique). Signes particuliers : vêtu d'un costume rouge à boutons dorés et coiffé d'un calot. Le jeune Spirou fait ses débuts dans la vie active au sein de l'hebdomadaire du même nom, sous le crayon du dessinateur français Rob-Vel. Détail amusant : en wallon, spirou signifie écureuil. Et dès 1939, il prend sous sa protection un petit écureuil baptisé Spip… Mais le mot désigne aussi un garçon plutôt vif et débrouillard. Tout le portrait de Spirou, justement. Très vite, d'ailleurs, il délaisse son métier d'origine pour se lancer dans la course à l'aventure, tellement plus palpitante. En 1943, Rob-Vel cède la place à Jijé, qui donne à Spirou un compagnon haut en couleurs, un certain Fantasio. Un phénomène, celui-ci. Esprit fantasque et bouillonnant, reporter et inventeur à ses heures, fumeur de pipe, volontiers gaffeur et infatigable râleur. Bref, une authentique personnalité. Trois ans plus tard, Jijé passe le relais à un jeune inconnu, André Franquin. Avec lui, Spirou va acquérir un statut de vedette de la bande dessinée. Franquin imagine toute une galerie de personnages secondaires savoureux. Des méchants inoubliables comme Zantafio - cousin et double maléfique de Fantasio - ou Zorglub. Des gentils plein de poésie, comme le délicieux Comte de Champignac - Hégésippe Adélard Ladislas de son prénom. Et, bien sûr, le génial Marsupilami. En 1968, Franquin passe la main. Différents auteurs se succèdent jusqu'au duo actuel, Tome et Janry, qui hérite de la série en 1981. Et qui anime en parallèle depuis 1987 les délicieuses frasques de jeunesse du Petit Spirou. Et puis, en 1998, coup de théâtre. Dans Machine qui rêve, Spirou range au placard sa tenue de groom. Tome et Janry décident de traiter le personnage de manière réaliste. Le résultat est surprenant. A soixante ans, l'ex-garçon d'hôtel retrouve une seconde jeunesse et démarre une nouvelle vie… —Gilbert Jacques
Le Réveil du Z
La Jeunesse de Spirou
Quand Spirou était petit, il était moins aventurier mais nettement plus facétieux.
Spirou et Fantasio à New York
Spirou et Fantasio se retrouvent mêlés à la guerre entre les mafias italienne et chinoise.
La Machine qui rêve
SPIROU ET FANTASIO Dupuis n° 46 (1998) - TOME ET JANRY Spirou et Fantasio - 46 - Machine qui rêve - DL novembre 1998
Paris-sous-Seine
Champignac kidnappé? Des robots déchaînés? Paris noyé? Pas de doute : Spirou est de retour ! Alors qu'il prépare une nouvelle invention sur la dilatation de l'eau afin d'irriguer les déserts, le comte de Champignac est enlevé par de mystérieux robots. Peu après, Paris est englouti par un incompréhensible raz-de-marée. Et les dernières images montrent ces mêmes robots envahir les rues inondées. Déjouant les barrages policiers, Spirou et Fantasio s'introduisent dans la capitale sinistrée et déserte à la recherche de leur ami. Mais le Comte est tombé dans les griffes d'un ennemi encore plus implacable que tous ceux affrontés par le passé... Un ennemi qui le connaît trop bien...
L'Homme qui ne voulait pas mourir
Une bâtisse délabrée, perdue en pleine campagne. Déserte? Pas tant que ça! Trois personnages vont s'y retrouver pour une réunion de famille particulièrement orageuse. Il y a d'abord LE VIEUX : l'oncle TANZAFIO, propriétaire des lieux, que tout le monde croyait mort depuis une éternité. Or ce vieil aventurier à l'âge plus que canonique a fait une découverte fantastique : il a trouvé, lors d'un voyage au Guaracha, une source de jouvence qui lui assure ni plus ni moins que la vie éternelle! Et il revient chez lui justement pour récupérer le plan menant à cette source de jouvence. Il y a ensuite LE BON : FANTASIO, neveu du précédent et ami de Spirou, qui passe de temps en temps par là pour veiller à l'entretien de la vieille maison. Il y a enfin LE TRUAND : ZANTAFIO, cousin du précédent, qui fuyant les représailles de la mafia russe s'est réfugié dans la maison de son vieil oncle avec ses deux gardes du corps. Et qui va très vite s'emparer du précieux parchemin lui permettant d'atteindre la source miraculeuse. Une course-poursuite démarre alors! Appelés en renfort, Spirou et Spip vont évidemment accompagner Fantasio et son oncle sur les traces du peu scrupuleux Zantafio jusqu'au fin fond de la jungle sud-américaine.
Spirou et Fantasio à Tokyo
Nous retrouvons Spirou, Fantasio et Spip à Edo, capitale du Pays du Soleil Levant, de 1603 à 1864. Paradoxe temporel ? Voyage dans le temps ? Rien de tout ça : nos trois amis sont tout simplement invités à la prestigieuse inauguration de Edo-resort, un gigantesque parc d’attractions qui reconstitue très fidèlement la vie du Japon médiéval. Mais Spirou et ses compagnons ne sont pas là pour le plaisir. Ils sont venus en Extrême-Orient à la demande de leur ami magicien, Itoh Kata, qui leur a confié une mission spéciale : récupérer deux enfants aux pouvoirs paranormaux étonnants qui sont détenus par Mangakana, un redoutable gangster aux ambitions immobilières troubles. Une course-poursuite va mener nos trois héros d’Akihabara, le quartier électronique, à Giza, celui des spectacles, en passant par Shinjuku, le territoire des redoutables yakuza, pour une visite guidée particulièrement mouvementée.
Aux sources du Z
Star Wars, Le côté obscur, Tome 9 : Dark Bane
Darko Macan, Ramon Bachs, Raul Fernandez, Chris Blythe
Fils de la jungle
Chuck Dixon, Dave Stewart, Humberto Ramos, Dan Jackson
Le Sursis, tome 1
Gibrat
Le Sursis, tome 2
GibratNous sommes en 1943, à Cambeyrac, dans l'Aveyron. C'est la guerre. Pourtant, au village, tout semble calme. Julien, lui, s'ennuie un tantinet. Pas étonnant : il passe ses journées derrière les volets clos d'une maison abandonnée. Car Julien se cache : tout le monde le croit mort. Et lui n'a pas l'intention de démentir et d'être expédié en Allemagne... Alors, il se contente d'être spectateur. Pas très drôle. Heureusement, il y a Cécile, la serveuse du café "Les tilleuls". Ah, Cécile... Mais au fur et à mesure que les mois passent, les tensions s'alourdissent. La Milice entre en lice. Les Allemands ne sont plus très loin. La situation de Julien risque de devenir inconfortable... Ce récit, publié en deux volumes, est une vraie réussite grâce à son réalisme et sa justesse de ton. Mais aussi grâce à son dessin, plein de sensualité et baigné de luminosité. La fin, elle, est tout simplement surprenante... Au-delà de son apparente légèreté, Le sursis nous incite à une réflexion sur l'engagement personnel. —Gilbert Jacques
Taches étranges et odeurs mystérieuses
Jones - Froud
Tako
Yann, Michetz
Ama
Yann, Michetz
Les yeux de pierre
Christophe Gibelin, Benoît Springer
Failles
Gibelin+Springer
Chrysalide
Christophe Gibelin
Capitaine Steene
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde. Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme. Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure !

La quête de Théodore Poussin commence avec Capitaine Steene, une histoire chargée de mystère et d'exotisme. Elle se poursuit dans Le Mangeur d'archipels. —romat
Le Mangeur d'archipels
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
Marie Vérité
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
Secrets
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
Le Trésor du rajah blanc
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
Un Passager porté disparu
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
La Maison dans l'île
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
La Terrasse des audiences, 1ère partie
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
La Terrasse des audiences 2ème partie
Frank Le GallIl ne se passe pas un jour dans la vie de Théodore Poussin sans qu'il n'entende parler de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï... Le jeune homme est employé au bureau de frêt d'une compagnie de navigation maritime. Mais il n'a qu'une ambition : courir le monde.
Le 2 janvier 1928, il embarque sur le Cap Padaran, destination : l'Indochine...

Avec son nom d'oisillon, son physique de grand garçon sage et son air de premier de la classe, le héros de Frank Le Gall n'a rien d'un grand baroudeur. Le jeune Poussin a pourtant de qui tenir. Théodore est le neveu du Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Si Théodore se rend en Indochine c'est dans l'espoir de le retrouver mort, ou vivant... L'entreprise est hasardeuse, mais le jeune Poussin s'y lance corps et âme.
Qu'importe ce qui l'attend au bout du chemin. Le jeune homme l'ignore encore, mais il est taillé pour l'aventure ! —romat
Novembre toute l'année
Frank Le GallEt revoilà Théodore Poussin... Un personnage sympathique, ce Théodore. Un ancien commis aux écritures pour le compte d'une compagnie de navigation de Dunkerque. À force de jouer au gratte-papier en face des quais du port et de voir les bateaux prendre l'air du large, il s'est dit que lui aussi pouvait courir la planète... C'est ainsi qu'a démarré sa vie d'aventurier, loin des livres de comptes et des bureaux poussiéreux.

Cette fois, nous sommes au Havre, un soir pluvieux de 1932. Théodore repart à bord du Cap Padaran. L'ambiance est plutôt chargée : un tueur sanguinaire et insaisissable ravage la région. Une troupe de comédiens s'apprête à faire le voyage. Et si le tueur en faisait partie ? Et puis l'inquiétant Monsieur Novembre, qui met ses pas dans ceux de Théodore depuis ses premières aventures, a été engagé dans la troupe...

Le nouvel épisode d'une série parfumée à l'exotisme, pleine des senteurs de l'Extrême-Orient d'avant-guerre et de la nostalgie des traversées au long cours... —Philippe Actère
Cité des anges
Slocombe, VillardCartonnage rigide glacé illustré éditeur
Ouragan
Baldazzin, Canossa
Les R.A.F. Royal air force pendant la guerre
Ralph Barker, Philippe Babo, Time-Life books
Les aventures suisses de Tintin
Jean Rime
Dieu, le sexe et les bretelles
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile. Surtout le jour où une petite soeur débarque à la maison. Bon, Titeuf fait tout de même des efforts. D'ailleurs, lui aussi a eu sa part de contractions - mais c'était juste parce qu'il s'était gavé de chips pendant que ses parents étaient partis à l'hôpital... Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
L'amour c'est pô propre...
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile. Surtout le jour où une petite soeur débarque à la maison. Bon, Titeuf fait tout de même des efforts. D'ailleurs, lui aussi a eu sa part de contractions - mais c'était juste parce qu'il s'était gavé de chips pendant que ses parents étaient partis à l'hôpital... Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
Ca épate les filles
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile. Surtout le jour où une petite soeur débarque à la maison. Bon, Titeuf fait tout de même des efforts. D'ailleurs, lui aussi a eu sa part de contractions - mais c'était juste parce qu'il s'était gavé de chips pendant que ses parents étaient partis à l'hôpital... Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
C'est pô juste...
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile. Surtout le jour où une petite soeur débarque à la maison. Bon, Titeuf fait tout de même des efforts. D'ailleurs, lui aussi a eu sa part de contractions - mais c'était juste parce qu'il s'était gavé de chips pendant que ses parents étaient partis à l'hôpital... Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
Le derrière des choses
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile. Surtout le jour où une petite soeur débarque à la maison. Bon, Titeuf fait tout de même des efforts. D'ailleurs, lui aussi a eu sa part de contractions - mais c'était juste parce qu'il s'était gavé de chips pendant que ses parents étaient partis à l'hôpital... Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
Tchô, monde cruel
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile.

Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
Le Miracle de la vie
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile. Surtout le jour où une petite soeur débarque à la maison. Bon, Titeuf fait tout de même des efforts. D'ailleurs, lui aussi a eu sa part de contractions - mais c'était juste parce qu'il s'était gavé de chips pendant que ses parents étaient partis à l'hôpital... Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
Lâchez-moi le slip !
ZepC'est pô vrai ? Vous connaissez pô Titeuf ? C'est nul, ça. Méganul, même. J'sais pô, moi, faites un effort, quand même. Avec sa bouille toute ronde et sa touffe blonde dressée sur le crâne, c'est un héros moderne des cours de récré. À la fois naïf, plein d'enthousiasme et gentil comme tout. Il tente désespérément de percer les mystères de la création, comme les filles ou le monde des adultes. Pas facile. Surtout le jour où une petite soeur débarque à la maison. Bon, Titeuf fait tout de même des efforts. D'ailleurs, lui aussi a eu sa part de contractions - mais c'était juste parce qu'il s'était gavé de chips pendant que ses parents étaient partis à l'hôpital... Son créateur, Zep, dit de lui qu'il a "les baskets sur terre". "Grand du dedans et petit à l'extérieur", comme tous les gosses de huit ans. C'est-à-dire déjà lucide sur le monde qui l'entoure, même si certaines choses lui échappent encore un peu. Une série franchement drôle, des dialogues hilarants : une bonne bouffée de souvenirs d'enfance. —Gilbert Jacques
La loi du Préau
Zep"Cool !" Nous dirions même plus : "Mégamortel !" En un mot, c'est "mégatopgénial !" : Titeuf revient ! La star des cours de récré est de retour avec sa mèche blonde dressée sur le crâne, ses expressions inimitables et ses interrogations sur les filles, le sens de l'existence ou l'obligation de manger sa soupe. Entre deux virées au parc d'attractions de Megafunland, Titeuf poursuit son apprentissage de la vie, la vraie. Il expérimente les bonbons au diziak – les bonbons aphrodisiaques, si vous préférez. Dommage qu'il manque d'empoisonner Nadia au passage… Mais que voulez-vous, personne n'est parfait. Même Nadia exagère, d'ailleurs, dans ce nouvel album, elle décide de s'habiller sexy. Du coup, Titeuf se fâche tout rouge à l'idée que ses copains la voient "presque toute nue". "Tu peux pô te balader comme ça, tout le monde va te regarder !", s'exclame-t-il. "Macho !", lui répond Nadia, "t'es pas du tout sexy ! T'as toujours le même look, on dirait que tu te changes jamais !". Décidément, les filles sont vraiment compliquées…

Dans La Loi du préau, Zep poursuit l'éducation sentimentale et sociale de son héros, devenu une référence-culte des ados et préados. Tiré à 1,4 millions d'exemplaires, ce neuvième album a demandé à Zep huit mois de réflexion et une bonne année de réalisation. Il aborde des thèmes comme la violence à l'école, les relations avec son père ou la maladie : celle de Pauline, la copine de Titeuf, victime d'une leucémie. Même si ce dernier a tendance à s'emmêler les pinceaux et à se perdre dans les explications médicales, il fait preuve d'une belle générosité et n'accepte pas que ses copains balourds se moquent d'elle…

Avec Titeuf, Zep propose une représentation de l'enfance dénuée de clichés et en prise avec la réalité d'aujourd'hui. Ce qui l'intéresse, ce n'est pas de donner une image aseptisée et frelatée de la vie, mais de montrer le monde tel qu'il est vraiment et tel que les enfants se le représentent. Un monde pas toujours rose et souvent compliqué : "c'est pô juste !", comme le résume Titeuf à sa manière. C'est pas juste, d'accord, mais qu'est-ce que c'est drôle… —Philippe Actère
Nadia se marie
Zep
Le Sens de la Vie
Zep
A la folie
ZepHé, vous savez quoi ? Dans l'école de Titeuf, paraît qu'il y a une nouvelle ! Paraît qu'elle est super grande et qu'elle s'appelle Ramatou. Elle parle pas très bien français, c'est parce qu'elle vient du Brougalistan ou un truc comme ça ! Et paraît que les soldats ont massacré toute sa famille... Paraît aussi que Titeuf pense tout le temps à elle !
Bienvenue en adolescence
Zep
Sale temps !
Abuli, Bernet
Tuer c'est vivre !
Abuli, Toth
Mort au comptant
Bernet, Abuli
Ni fleurs ni couronnes
Bernet, Abuli
Chaud devant !
Abuli, Bernet
En voiture Simone
Bernet, Abuli
Sing-Sing blues
Enrique Sanchez Abuli
Monnaie de singe
Sanchez AbuliDe Bernet et Abuli
Torpedo, Tome 9 : Debout, les morts
Enrique Sanchez Abuli
Dieu reconnaîtra les tiens !
Sanchez Abuli, Jordi Bernet
Rien ne sert de mourir
Jordi Bernet, Enrique Sanchez Abuli
Devine qui va morfler ce soir
Jordi Bernet, Enrique Sanchez Abuli
Cuba
Sanchez Abuli, Jordi Bernet
Affreux, sales, bêtes , méchants et immondes
Enrique Sanchez Abuli, Jordi Bernet
Sanitas
Gibelin, Servain
Alice
Gibelin, Servain
Opération Montécristo
Vance Van Hamme
Le testament du fou
Didier Convard, Gilles Chaillet, Denis Falque, Christian Gine, Pierre Wachs
Le jeune homme au suaire
Didier Convard, Denis Falque
De cendre et d'or
Didier Convard, Denis Falque, Gilles ChailletSe réveiller en pleine nuit et se retrouver face à un authentique templier en grande tenue, qui dessine sur le mur du salon un signe mystérieux en lettres de sang : il y a de quoi éprouver quelques sueurs froides… C'est ce qui arrive à Didier Mosèle, célibataire à l'allure sportive, amateur de femmes et spécialiste du Moyen-Âge. À vrai dire, Mosèle n'est pas très étonné d'être confronté à ce genre de cauchemar. Car depuis quelque temps, il se retrouve emporté dans une drôle d'histoire. Passionnante, mais diablement dangereuse. Alors qu'il consacre son temps à déchiffrer les fameux manuscrits de la Mer morte, Mosèle quitte un jour les rivages de la quête scientifique pour aborder ceux de l'enquête policière. Francis Marlane, membre de son équipe de chercheurs, a relevé quelques anomalies dans les manuscrits. Pire : des différences troublantes avec ce que nous enseignent depuis toujours les Évangiles… Marlane et Mosèle, tous deux francs-maçons, se décident à aller plus loin, persuadés que la vérité est ailleurs. Mais le danger, lui, est tout près… La mort de Marlane ne fait que le confirmer. On ne s'attaque pas impunément à deux mille ans de secret sans faire grincer quelques dents du côté du Vatican…

Ce troisième volet d'une série qui en comptera sept plonge le lecteur encore plus profondément au cœur du mystère. Les templiers revivent sous ses yeux, la mort déploie son ombre menaçante, tandis que d'audacieuses hypothèses historiques viennent le troubler dans ses certitudes… —Gilbert Jacques
L'Évangile oublié
Didier Convard, Denis Falque
L'infâme mensonge
Didier Convard, Denis Falque
La Parole perdue
Didier Convard, Denis Falque, Christian Gine, André Juillard, Collectif
L'imposteur
Géometrie mortelle
Revillon
Le Suaire
Didier Convard, Denis Falque, Pierre Wachs, Paul
La Liste rouge
Didier Convard, Denis Falque, Pierre Wachs
Le Tombeau d'Orient
Didier Convard, Denis Falque, Pierre Wachs, Paul, André Juillard
Marc ou le réveil du lion
Alex Alice, Xavier DorisonIl est incontestable que la série Le Troisième Testament est une révélation, dans tous les sens du terme. D'abord parce qu'il nous fait découvrir deux jeunes auteurs (ils sont nés tous les deux en 1976) dont le talent aux qualités plus que prometteuses est d'une étonnante maturité. Ensuite, parce que les thèmes abordés offrent un champ d'une telle richesse que l'on peut se dire que nos compères ont de quoi construire, dans les quelques années qui viennent, grâce à leurs qualités, une saga époustouflante, belle comme une cathédrale de style gothique flamboyant. C'est vrai que le contexte historique de la série qui aborde les troubles religieux lors d'une période située à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance correspond à une charnière du développement de la foi en Occident. Les textes sacrés ramenés de Palestine par les Croisés, comme ceux que s'échangent les lettrés juifs, musulmans et chrétiens d'Espagne et d'Italie, mettent en évidence la grossièreté des faux fabriqués par l'Église et obligent celle-ci à se réformer sous les coups de boutoirs des hérésies, souvent construites sur des revendications légitimes, et des schismes qui se profilent et qui diviseront la chrétienté dans les siècles à venir. Un paysage politique incertain dans lequel se révèle l'Histoire grâce à la redécouverte des langues mortes oubliées comme le grec, le latin et l'hébreu anciens. Un bouillonnement intellectuel fabuleux où se forge la civilisation occidentale.

On sent les auteurs fascinés par le Nom de la Rose de Umberto Ecco, au point que leur héros, le comte de Marbourg, revêt quelque peu les traits de Sean Connery, héros du film adapté du roman par Jean-Jacques Annaud. Mais le sens du rythme de Xavier Dorison, et les fabuleux cadrages d'Alex Alice, ne nous font pas oublier qu'il s'agit avant tout d'une (bonne) BD d'aventure. —Didier Pasamonik
Matthieu ou le visage ange
Alex Alice, Xavier DorisonNous sommes en 1307. L'univers du Troisième Testament est en place : Un texte mystérieux ramené de Qumran évoquant Jésus et les Esséniens (soit 700 ans avant la découverte des manuscrits de la Mer morte) : le carnet de voyage de Julius de Samarie, un contemporain des apôtres. Une narratrice tout en beauté et en charisme : Elisabeth, fille adoptive de Charles d'Elsenor, maniant les armes comme un soldat et cultivée comme un moine. Cette femme d'avenir, à contre-courant de son temps, vit, grâce à cette aventure, une histoire d'amour. Le sujet de son amour ? Un héros sans peur mais pas sans reproches : Conrad Reinhardt Marcus, comte de Marbourg, un inquisiteur déchu à qui il est confié la mission de savoir qui a assassiné les moines de l'Abbaye de Veynes. Un entrelacs de réseaux d'agents secrets : ceux de l'Église dirigés par Gherard Steiner, maître naïf et généreux d'un Chapitre occulte au service d'un pape corrompu ; ceux de l'ordre des Templiers ; ceux de Uther le pourpre, l'âme damnée du comte de Sayn, et de ses moines noirs ; ceux enfin, peut-être, de la puissante association des marchands de la Hanse... Tous ces réseaux forment un glacis crépusculaire où sourdent les ambitions les plus cruelles, les crimes les plus inavouables, traces de l'œuvre du Démon ? c

De ces éléments qui arrivent à ne pas sombrer dans le salmigondis d'un récit historique improbable, Alex Alice tire des images à couper le souffle : plongées et contre-plongées aux perspectives étonnantes, cadrages parfaitement maîtrisés, sens du détail pertinent, traité graphique synthétique qui échappe au tape à l'œil, le jeune Alice nous emmène au pays des merveilles. Le Troisième Testament est vraiment une révélation, vraiment ! —Didier Pasamonik
Luc ou le souffle du taureau
Alex Alice, Xavier DorisonLa trame est dense, l'intrigue est riche. Les fils se nouent et se dénouent au gré des conversions forcées, des traîtrises et des changements de rapports de force. Nos trois héros sont maintenant en Bohême. Du cœur d'une vallée surgit Saint-Luc, but d'une longue chevauchée. Là, un jeune moine leur révèle enfin le secret du texte crypté : le carnet de voyage de Julius de Samarie se trouve à Migdalavana. Mais où diable cela est-il ? Est-ce seulement un endroit connu d'un cartographe ?

Pourquoi aussi le pire ennemi du comte de Marbourg, le comte de Sayn, lui a-t-il laissé la vie sauve ? Pourquoi cette vie même est-elle si importante, au point que les séides de Sayn sont prêts à sacrifier leur vie pour la sauver ? Il y a un mystère derrière tout cela, un peu comme si Marbourg était une composante de la résolution de l'énigme finale...

Le dessin d'Alice s'est dépouillé de ses exercices de style. L'efficacité du récit prime désormais. Les combats se font au corps à corps. La lame tranche, maculée par le meurtre. La tempête enfin, dans sa fureur, emporte Marbourg . Sur la berge, une horde de cavaliers masqués veille et attend...

Avec son sens du détail vrai et sa documentation impressionnante, la série Le Troisième Testament, au bout de trois volumes, confirme son succès. Calqués sur les Évangiles, les titres des albums annoncent un cycle de quatre volumes. Qui aurait pu croire qu'un discours sur la spiritualité puisse servir de support à un récit aussi passionnant ? Dans le quatrième volume, l'intrigue se dénouera sûrement, mais avec quels protagonistes ? Le mystère reste entier ! —Didier Pasamonik
Jean ou le jour du corbeau
Alex Alice, Xavier Dorison
Troll, tome 1 : Les Insoumis.
Morvan, Boiscommun
Troll, tome 2 : Le Dragon du donjon
Morvan+Sfar
Troll, tome 3 : Mille et un ennuis
Jean-David Morvan, Joann Sfar, O. G. (Olivier G.) Boiscommun
Troll, tome 4 : En vers et contre tous
Jean-David Morvan, Thomas Labourot
Premier brin
Crespin-M
Second brin
Crespin-M
Troisième brin
Michel Crespin
La Prison de Robertsonville
Willy Lambil, Raoul Cauvin, Louis SalvériusBande dessiner
Les Cavaliers du ciel
Cauvin Raoul
La Suite Apocalyptique
Gerard WayUMBRELLA ACADEMY la suite apocalyptique - Volume 1
LE VAGABOND DES LIMBES - LE LABYRINTHE VIRGINAL
Jean-Michel Charlier, Jean Giraud
Pop bras d'argile
Luc Brunschwig, Laurent Cagniat
Dame Brèche-Dent
Luc Brunschwig, Laurent Cagniat
Justine des Dieux
Luc Brunschwig
Le Sang de la lune
Patrick Cothias, Philippe AdamovLe vent des dieux, Tome 1 : Le Sang de la lune : Une aventure du magazine
Le Ventre du dragon
Patrick Cothias, Philippe Adamov
L'Homme oublié
Patrick Cothias, Philippe Adamov
Lapin-Tigre
Patrick Cothias, Philippe Adamov
La balade de Mizu
Patrick Cothias, Philippe Adamov
Biélo
Emile Bravo, Regnaud
Kino
Regnaud, Bravo
Tamo
Regnaud
Une nuit chez Tennessee
Jean-Pierre Autheman
La passagère silencieuse
Jean-Pierre Autheman
La lune des fous
Autheman
La lame et le vent
Ron Marz, Bart Sears
Du sang dans la neige
Ron Marz, Bart Sears, Walter Simonson
L'équilibre sacré
Patrick Galliano, Roland Barthélemy
Vulcania
Galliano
Voyage aux ombres
Christophe Arleston, Audrey Alwett, Virginie Augustin
Walking Dead : La mort en marche
Robert Kirkman, Tony Moore
Wanted
Mark Millar, J-G Jones, Paul Mounts
Le trio de l'étrange
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
L'orgue du diable
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
La forge de Vulcain
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
Aventures électroniques
Message pour l'éternité
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
Les 3 soleils de Vinéa
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
La frontière de la vie
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
Les titans
Roger LeloupFormat: a4Poids: 303 g.Etat: le coin sup. du 4ème plat est un peu écrasé; le coin sup. du 1er plat est très légèrement courbé. Si l'on regarde le haut de l'album on aperçoit sur la tranche supérieure du cahier une multitude de petites taches brunes, mais c'est à peine si on les voit sur le bord quand on ouvre l'album. ***************Envoi protégé sous enveloppe cartonnée. Pour connaître les tarifs d'expédition: un peu plus haut sur cette annonce, cliquez à côté de notre logo "Paradise bd" sur "Frais de port et d'emballage" Créé par eBay Turbo ListerL'outil de mise en vente gratuit. Mettez vos objets en vente rapidement et en toute simplicité, et gérez vos annonces en cours.
La lumière d'Ixo
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
Les archanges de vinéa
Roger LeloupEn plus d’être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l’entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu’elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu’elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l’amitié et le respect de la vie. Une série d’action et de réflexion, magnifiquement documentée et dessinée par Roger Leloup, un maître du genre.
L'enfer des concerts
Zep
Le monde de Zep
Zep
Les filles électriques tome 1
Zep
Zoo, tome 1
Zoo, tome 2